Le livre : « Archivistique contemporaine » de  Nzonkatu porté hier sur les fonts baptismaux

0
63
Enseignant et chercheur, le professeur Denis Nzonkatu a mis quatre ans pour écrire « Archivistique contemporaine ». Edité au Cedesurk, cet ouvrage a été porté sur les fonts baptismaux hier mardi 14 février 2017 au Centre Wallonie Bruxelles ( CWB).
Le commentateur dudit ouvrage et professeur à l’Université Catholique du Congo (UCC), Dieudonné Mweze, a couvert d’éloges l’auteur. A son avis, , son collègue a fréquenté plusieurs archivistes de renom et établissements universitaires,  consulté plusieurs journaux avant de publier son livre, qui d’ailleurs est une compilation des textes  commentés.
 
            En soi, a relevé le commentateur, ce livre expose les idées-phare des archivistes contemporains tout en présentant leurs expériences.  En outre, l’auteur montre  que la pratique archivistique dans la sroite ligne de la mondialisation.
            «Tous les pays du monde recourent à l’archivage», a fait remarquer Mweze,  qui souligné plus loin que l’élite, dans sa diversité, à savoir l’historien, le journaliste, l’érudit, le disciple d’Orphée….a besoin des documents ou archives.
            Revenant sur la place de ladite discipline  dans le développement d’un pays, le commentateur a fait savoir que les archives contribuent à la sauvegarde de la mémoire d’un peuple. Tous les pays ont ce sérieux problème qui est celui de conserver les archives. Aucun peuple n’a le droit d’ignorer son passé ou mieux son histoire.
            Quant à l’ossature de l’ouvrage, Mweze a précisé qu’»Archivistique contemporaine» contient six parties, dans lesquelles, l’auteur parle longuement des éléments fondamentaux  de l’archivistique, de la gestion, du traitement, la conservation, de la valorisation des archives.
            On y trouve également une étude fondamentale sur l’archivage.
            Quant à la méthodologie, il  a indiqué que les textes repris par l’auteur analysent des cas pratiques auxquels les apprenants peuvent être confrontés.
            La profession archivistique est devenue complexe au point qu’elle a amené cette discipline  assimilée aux sciences de l’information à éclater en  plusieurs branches. Ladite profession a subi des mutations d’ordre technologique, économique, juridique, organisationnels, politiques. Naturellement, Mweze n’a pas occulté le problème de l’accessibilité des individus aux documents.
            Il a fait savoir que les étudiants en général, plus précisément ceux de la faculté de bibliologie ont intérêt à recourir au nouvel ouvrage
            Par ailleurs, « Archivistique contemporaine », a précisé Mweze,  valorise le métier d’archiviste.
            L’archivistique a un terrain d’application très large. L’archiviste, a fait observer Mweze aux étudiants, a pour rôle, d’identifier les sources de production des archives, de gérer, conserver les archives, faire le tri des documents mis à sa portée, assurer la circulation des documents,… ou encore à la sensibilisation de la population à l’importance des archives. A veiller au respect de la vie privée des gens, estampiller les documents si cela s’avère nécessaire.
            Il a  interpellé les gouvernants pour qu’ils prennent des mesures d’accompagnement pour mieux protéger les archives, instaurer le cours de bibliologie à l’EPSP, reformer ce cours à l’université, doter le pays des infrastructures adéquates  pour la prise en charge en charge des archives.
            Appelé à prendre la parole, l’auteur a développé le concept de fracture numérique.
            Peu avant de baptiser le nouvel ouvrage, le ministre honoraire de l’ESU, Théophile Mbemba, est revenu sur l’utilité des archives dans le développement d’un pays. Il a souligné que les hommes au pouvoir ont l’obligation de consigner soigneusement leurs actes tout au long de leurs mandats et permettre ainsi aux autres commis de l’Etat de se servir des documents laissés par leurs prédécesseurs.
            La force des USA  est qu’ils maitrisent parfaitement les informations qui circulent en interne et chez les autres nations.
            Ces propos énoncés, il a baptisé le nouvel ouvrage.
Jean-Pierre Nkutu