L’Intersyndicale de l’EPS-INC dit non à la ville morte

0
25

L’intersyndicale des syndicats de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Initiation à la Nouvelle Citoyenneté (EPS/INC) a lancé le dimanche 14 février 2016, un appel pressant à tous les enseignants et cadres de ce secteur, sur l’ensemble de la République et à Kinshasa en particulier, pour qu’ils se trouvent aujourd’hui mardi, 16 février 2016, à leur poste de travail, à l’école. Cet appel est contenu dans une « Déclaration des syndicats de l’EPS-INC en rapport avec la journée du mardi 16 février 2016 » ; signée par plusieurs responsables dont Jacques Lukuku, porte parole ; Robert Kengi et Jean Panda, et publiée à l’issue d’une réunion extraordinaire, tenue le même dimanche au siège de cette structure.

 L’Intersyndicale des syndicats de l’EPS-INC – une structure qui regroupe plus d’une vingtaine des syndicats de ce secteur – affirme avoir examiné la situation de l’heure et forte des informations en sa possession relatives à l’essaimage des tracts dans la ville de Kinshasa appelant la population au respect d’une journée ville morte, elle demande aux enseignants, par respect du calendrier scolaire, d’être présents à leurs lieux de service aujourd’hui, mardi 16 février 2016, à 7h30 pour les uns et à 12h30 pour les autres.

Les syndicats rappellent aussi que dans l’intérêt des élèves et de l’école qui est et reste un bien communautaire, les enseignants doivent éviter de s’inféoder à quelques tendances politiques, que se soient. En outre, l’Intersyndicale invite les parents à envoyer leurs enfants à l’école pour éviter un retard préjudiciable au calendrier scolaire.

Sakaz