L’intégration culturelle et homosexualité : l’Afrique pose la question de fond !

1
192

002012014174254000000homosexualite_senegal_600S’il est vrai que l’humanité connaît des mutations et des grandes périodes dans son évolution, celles-ci ne sont pas vécues de la même manière partout. Certaines mutations rencontrent parfois des résistances ou sont carrément rejetées par d’autres peuples parce que les jugeant incompatibles à leurs cultures.

 Aujourd’hui, l’humanité vit sous l’influence de la mondialisation qui se manifeste à travers plusieurs secteurs de la vie notamment par les échanges divers (commercial, industriel, culturel…ou encore échange des technologies). Et aucun peuple ne peut y échapper parce que personne ne peut prétendre vivre à ce jour enfermé sur soi. Ainsi, chaque pays choisit ou définit librement les domaines de coopération, même si les choses ne se passent pas de façon équilibrée selon qu’on est considéré comme faible ou puissant.

Au-delà de cet aspect lié à l’échange, la mondialisation ne doit pas être conçue comme une nouvelle politique de recolonisation des peuples des pays moins nantis ou encore une tactique sur laquelle l’Occident voudrait s’appuyer pour tout imposer aux « faibles ».

A ce sujet, un constat se dégage : une fois que les Africains se trouvent en Occident, on leur impose un mode de vie qui n’est pas le leur. Tout est mis en œuvre pour les contraindre d’abandonner ou de renoncer momentanément à leurs cultures afin d’opter pour celles de l’Occident.

C’est dans cette logique qu’on entend des termes comme «respect des droits des minorités », concept qui suscite des revendications et soulèvements allant jusqu’à la prise des armes chez certains peuples. Alors qu’ils vivaient pendant des siècles dans la tranquillité avec leurs compatriotes avec qui ils partagent un territoire.

Mais, à leur tour, quand les occidentaux arrivent en Afrique, le même principe d’intégration est totalement ignoré. Car, non seulement ils font fi de la culture africaine ou des pays d’accueil, mais ils restent également attachés à leur culture malgré le changement de cadre de vie !

  C’est dans cette manie à vouloir tout imposer à l’Afrique et à son peuple que l’Occident s’obstine à faire ancrer l’homosexualité dans le mental des Africains comme une nouvelle valeur à l’ère de la mondialisation. Tel ce fut le cas lors de la colonisation où il fallait tout apprendre aux Africains, y compris comment prier ! Conséquence : toutes les valeurs ancestrales africaines furent presque supprimées au nom de la « civilisation ».

Voilà ce qui explique que toutes les prises de position que les leaders africains prennent actuellement au sujet du rejet de l’homosexualité, sont incomprises par un certain occident qui se montre zélé et déterminé à tout imposer aux « faibles » !

Coup de chapeau à Museveni, Macky Sal et d’autres

En dépit de multiples pressions qu’ils subissent, certains dirigeants africains prennent tout de même leur courage pour dire clairement non à leurs homologues d’outre-mer sur cette question qui reste jusqu’à preuve du contraire un tabou dans la plupart des cultures nègres.

Ce fut le cas avec le président sénégalais Macky Sal lors de la visite du président américain Barack Obama dans son pays. Dans des termes pleins de courtoisie et diplomatiquement choisis, le dirigeant sénégalais n’était pas allé par le dos de la cuillère pour exprimer sa désapprobation de l’homosexualité dans son pays, suivant la culture de son peuple, à son hôte  de marque.

Des refus catégoriques avec risque d’emprisonnement, voire de lynchage, sont exprimés de part et d’autres à travers le continent. C’est le cas notamment au Nigeria, au Cameroun, au Soudan, etc. Il faut louer le courage politique du président ougandais Yoweri Museveni qui, en dépit des pressions qu’il a subies, a finalement levé l’option de promulguer la loi déjà votée par le parlement qui endurcit la position anti-homosexualité dans son pays.

 Il est donc temps que l’Occident comprenne que la mondialisation doit se faire dans le respect des valeurs de chaque peuple, plutôt que de chercher à tout prix à imposer ses valeurs à tout le monde, particulièrement aux peuples africains. De la sorte, ses ressortissants sont aussi censés s’intégrer dès qu’ils se trouvent en Afrique. Les Africains s’inclinent face à leur culture lorsqu’ils choisissent de vivre en dehors de leurs terres.

Dom

1 COMMENT

  1. Vous louez le président Muséveni en faisant valoir le respect des valeurs de chaque peuple. Mais qui parle donc du respect que nous devons à ceux qui pensent et qui sentent autrement. Ce respect n’a rien à voir avec l’Afrique, le colonialisme ou l’Europe. Derrière la politique homophobe en Ouganda il y a des instigateurs blancs, un clergé fondementaliste américain qui a oublié le sens du message chrétien, l’amour prochain et le respect pour tout le genre humain. Nous avons tous besoin de plus de tolérance. Balayons devant notre porte et laissons ceux qui sentent différemment en paix. Nous ne somes pas les juges de. nos frères et soeurs.

LEAVE A REPLY

*