L’Institut pour la Gouvernance et l’Education Electorale met les bouchées doubles

0
115

A quelques mois du démarrage des scrutins de cette année, l’Institut pour la Gouvernance et l’Education Electorale « IGE » met les bouchées doubles.  Il vient de se muer en mission d’observation électorale « MOEIGE »  et est quasiment fin prête pour l’observation du cycle électoral 2015-2016, a affirmé le chef de mission  et président de l’IGE, Ferdinand Kapanga, le vendredi 8 mai 2015. L’IGE  a expliqué dernièrement  à ses membres, les différentes étapes  en  matière de surveillance électorale (observation préélectorale, électorale et post électorale).  Ces observateurs, a-t-il précisé, censés faire de l’observation à long terme des élections, vont être munis des cinq fiches d’observation  reprenant les trois périodes précédemment évoquées de surveillance   des scrutins. Ces  fiches d’observation se rapportent à l’observation pré électorale, au jour des élections, à l’observation des opérations de dépouillement, à la compilation des faits observés mais aussi des résultats.

En période préélectorale, a-t-il  précisé , les observateurs de l’IGE vont observer de près le financement du processus électoral, la crédibilité des listes électorales, le degré d’indépendance de la CENI, le rôle des médias, l’utilisation des ressources publiques à des fins de politique partisane, les violences et pressions politiques, le respect du code de bonne conduite de la part des partis politiques, le rôle des parties prenantes comme les agences des Nations Unies.

En période électorale, l’accent va être mis sur les opérations qui vont avoir lieu le jour du vote, à savoir, les  heures d’ouverture  et de fermeture  des bureaux de vote, les opérations de dépouillement (  le comptage des voix, la vérification et proclamation des résultats, l’atmosphère générale lors de ces opérations……).

Pour la période post- électorale, les activités à surveiller sont : les rapports et audits, les évaluations …

L’IGE, confronté à de nombreuses pesanteurs, fait des clins d’œil à des bienfaiteurs potentiels. Il a accrédité 174 observateurs à long terme auprès de la CENI en 2014. Lesquels viennent de parfaire leurs connaissances en matière d’observation électorale en avril 2015  grâce à la Fondation Hans Seidel. Il nous a été donné d’apprendre que certains ont déjà observé les élections en RDC ( identification et enrôlement des électeurs en 2004, le référendum de 2005, les présidentielles et législatives de 2006, ….) et dans plusieurs pays africains, entre autres, en Algérie ( les législatives de 2012), à Madagascar  en octobre et décembre 2006 (l’évaluation préélectorale et les élections présidentielles à Antanarivo et à Mahajanga ),  en Tanzanie (l’observation des élections générales de  2005), en Afrique du Sud  (élections générales  de 1999)…. Plusieurs observateurs proviennent des milieux universitaires et 60 d’entre eux sont des femmes.

            Les observateurs de toutes les coordinations  provinciales de l’IGE vont dépendre des coordonnateurs locaux, tous placés sous la direction du numéro un de la mission.

            Autre précision de taille fournie par Kapanga est que l’IGE, membre  d’une dizaine d’ongs qui militent pour la gouvernance démocratique en RDC et dénommée  Synergie Congolaise des Elections, va  travailler avec d’autres structures nationales et internationales d’observation électorale.

Jean- Pierre Nkutu