LINAFOOT/19ème championnat : le feu mis au play off par Mazembe se ravive !

0
484

Logo-de-la-LinafootLe scandale n’a jamais fait peur au comité de gestion de la LINAFOOT (Ligue nationale de football), depuis de nombreuses saisons. Quel qu’il soit ! Du Président Charles Mputu Mulopo à Simon Kayoyo Umbela en passant par Guibert Paul Yav Tshibal, le leitmotiv est de favoriser en tout temps et en tout lieu le TP Mazembe à remporter le championnat national, afin de lui permettre d’aller conquérir la Ligue des champions de la CAF (Confédération africaine de football) et, surtout, viser la couronne de la Coupe du monde interclubs de la FIFA (Fédération internationale de football association), obsession déclarée des « Corbeaux » lushois.

            En toute circonstance, la LINAFOOT obéit aux ordres pour que Mazembe, de n’importe quelle manière, reste et demeure le tout-puissant. Ainsi, les textes sont bafoués intentionnellement en regardant tous dans la direction indiquée.

            Le dernier en date a eu pour cadre, dimanche, le stade TP Mazembe de la Commune de Kamalondo, à Lubumbashi, qui accueillait, selon le plan bien tracé, les matches de la 4ème journée du play off, qui marquait le démarrage de la manche retour, du 19ème championnat de la LINAFOOT. Alors que le président Simon Kayoyo de l’actuel comité de gestion avait claironné, sans retenue, toute la semaine dernière, que les rencontres de la seconde manche d’une même journée étaient programmées au même moment par esprit d’équité et de justice, il a bien apparu – violant le principe exprimé – sur le calendrier rendu public le samedi 19 avril pour un play off dont le coup d’envoi était fixé au mercredi 23 avril, soit quatre jours seulement après, que les décisifs face-à-face Don Bosco-V.Club et Mazembe-Sanga Balende avaient été placés respectivement à 14h00’ et 16h00’, le dimanche 4 mai 2014, au même endroit, c’est-à-dire dans l’antre du TP Mazembe.

            Bien avant, en présentant un non match, lors de la 2ème journée, le dimanche 27 avril, avec au bout un 0-0, donc partage des points, en derby lushois, entre le père, le TP Mazembe, et le fils, le CS Don Bosco, l’architecte du scénario s’imaginait que les deux, étant trop forts, allaient enregistrer soit une victoire soit même un nul, la journée suivante qui offrait V.Club-Don Bosco, à Kinshasa, et Sanga Balende-Mazembe, à Mbuji-Mayi, avant de dicter inévitablement leur loi à leurs visiteurs le 4 mai, dans leur fief.

            Mal leur en prit, leurs sorties ont été sanctionnées sur le même score de 0-1, à leur détriment, avec le TP Mazembe qui essuyait sa première déconvenue depuis une dizaine d’années au stade de Bodine 4 de la capitale diamantifère devant les « Banjelu ne basantu » et le CS Don Bosco qui tombait dans la « cage » qu’est le stade Révérend Père Raphaël de la Kethulle de Ryhove face aux « Dauphins Noirs » kinois. Entre-temps, ceux-ci avaient déjà raflé l’enjeu en empochant tous les points de leur explication (2-0) avec SM Sanga Balende, qui avait effectué le déplacement de Kinshasa muni, pour sa part,  des trois points encaissés aux dépens du CS Don Bosco, battu (1-0) lors de la journée inaugurale.

Du coup, l’AS V.Club et SM Sanga Balende étaient passés en tête avec 6 points chacun, devançant le TP Mazembe 4 points et le CS Don Bosco, en préoccupante position de « lanterne rouge », 1 point.

Les calculs du tandem Mazembe-Don Bosco chamboulés !

            Les Salésiens de Don Bosco étaient alors très attendus. Ils y sont d‘ailleurs allés avec des déclarations tonitruantes par leur secrétaire sportif au vu du pressing exercé en fin de match perdu (0-1) contre V.Club, à l’aller : « Vita n’échappera pas à un revers, chez nous, dans notre stade ». Ainsi, ils auraient 4 points en attendant d’empocher tranquillement les 3 points gratuits de la 5ème et avant-dernière journée qui les hisserait sur la première marche du podium où ils rejoindraient leurs protecteurs, leurs géniteurs, les « Badia nguena », avec 7 points, provenant du succès devant Sanga Balende, en deuxième match. En ce moment-là, les « onze » vert-noir kinois et rouge-jaune mbujimayiens, leurs concurrents, seraient relégués en 3ème et 4ème places avec 6 points chacun.

            Pour y arriver, comme les fois précédentes, des actes d’intimidation ont été perpétrés avec le refus d’accès aux supporteurs habillés en vert et noir. Pas de retransmission en direct à la télévision, comme le mercredi 23 avril dernier. Calcul de nouveau complètement chamboulé par l’AS V.Club qui s’est autorisé à imposer son jeu au CS Don Bosco, désillusionné particulièrement par le matchmaker Héritier Luvumbu Nzinga, auteur d’un doublé (69ème, 74ème).

            Mais, pendant que cette confrontation se déroulait, il y a eu irruption sur le terrain, en pleine deuxième mi-temps, des joueurs de SM Sanga Balende qui se plaignaient d’avoir été molestés par des fanatiques de l’équipe locale qui écument en nombre les coulisses du stade TP Mazembe. Contactés, les membres de la délégation des sang et or ont révélé que leur bus avait d’abord été retenu à la porte cochère. Une altercation s’était ensuivie avec les préposés à la sécurité parmi lesquels des policiers dont l’un d’eux, ayant perdu son sang-froid, n’avait pas trouvé mieux que de balancer une grenade lacrymogène dans le bus. Débandade, sauve-qui-peut. C’est ainsi qu’ils avaient couru vers l’aire de jeu pour montrer leur détresse. Le gardien Kalambay avait un doigt en sang, coupé probablement par un objet contondant, sans parler de certains de ses coéquipiers présentant quelques hématomes. La conséquence est qu’à l’appel de l’arbitre Lopembe de Kisangani, ils sont montés à dix lorsque le chrono déclenché était entré dans la dixième minute, le délai d’attente étant de 15 minutes. Les autres auraient été entre-temps acheminés à l’hôpital, à en croire leurs dires.

Le code disciplinaire de la FIFA (Fédération internationale de football association) indique à ce sujet : « Les associations nationales qui organisent des matches doivent évaluer le risque que présentent les rencontres et signaler celles qui sont particulièrement dangereuses, respecter et mettre en œuvre les règles dé sécurité existantes et prendre toutes les autres mesures de sécurité exigées par les circonstances, que ce soit avant, pendant ou après le match, ainsi que lors de la survenance d’incidents, assurer la sécurité des joueurs et officiels de l’équipe visiteuse durant tout leur séjour au lieu de la rencontre, ainsi que la discipline dans les stades et leurs abords immédiats et le bon déroulement des rencontres. L’association hôte répond du comportement de ses supporteurs et de ses auxiliaires ». Celui de la CAF (Confédération africaine de football) stipule : « L’association organisatrice ou le club organisateur répondent de l’ordre et de la sécurité dans l’enceinte du stade et dans ses abords immédiats avant, pendant et après le match. Ils sont rendus responsables de tout incident et sont passibles de mesures disciplinaires ». Et celui de la FECOFA (Fédération congolaise de football association) reprend les mêmes exigences.  Ce qui signifie, en d’autres termes, que pour avoir mis les joueurs de SM Sanga Balende en état de ne pas affronter correctement leurs adversaires, la LIFKAT (Ligue de football du Katanga) et le TP Mazembe devaient normalement être sanctionnés tels que prévus par les textes réglementaires.

            Que non ! Sans que le dossier ne soit transmis et traité préalablement par la commission nationale de discipline – ignorée lors de trois premières journées du play off -, le comité d’organisation local, présidé par un de deux membres du comité de gestion de la LINAFOOT, présents à Lubumbashi, a décidé, dans la soirée du dimanche 4 mai, en accord, dit-on, avec le président du comité de gestion et des représentants de deux formations, de reprogrammer le match pour le lendemain.

            Effectivement, hier, Mazembe et Sanga Balende se sont cette fois retrouvés sur la pelouse du stade TP Mazembe pour passer la 4ème journée qui s’est achevée par une large victoire des « Corbeaux » lushois sur la marque de 3-0, buts de Solomon Asante (17ème, 82ème) et Ali Mbwana Samatta (76ème).

Des précédents fâcheux…

            Intouchable, le TP Mazembe l’est depuis plusieurs saisons.

Souvenez-vous de 2008, lorsqu’après avoir été surpris à domicile, au stade Révérend Père Raphaël, le samedi 12 juillet, lors de la 7ème et dernière journée de la manche aller du 13ème championnat de la LINAFOOT, par le TP Mazembe (2-0), l’AS V.Club était parvenu à lui rendre la monnaie de sa pièce (1-2), la journée suivante, le dimanche 27 juillet au stade de la Kenya, à Lubumbashi, les joueurs et les membres de la délégation de l’AS V.Club avaient été attaqués à coups de pierres, vitres du bus brisées, sortie du stade en pleine nuit.

Le dimanche 26 septembre 2010, encore au stade de la Kenya, en match comptant pour la 4ème journée du 15ème championnat de la même compétition nationale, l’horreur avait atteint un degré effroyable après le nul de 1-1 imposé au TP¨Mazembe par l’AS V.Club : joueurs de l’AS V.Club lapidés froidement, assis sur le banc dans leur abri, avant d’aller  en courant vite chercher refuge auprès des policiers postés au rond-central du terrain, munis des boucliers ; mise à sac des installations avec des jets de projectiles intenses ; prise en chasse des arbitres ; baie vitrée de la cabine reportage brisée ; consœurs Mimi Fayil et Lilas Nyota Onema brutalisées, dénudées avec téléphones portables arrachés ; mort d’homme, selon le rapport de la police provinciale ; bus loué par l’AS V.Club complètement brûlé et jusqu’à ce jour, son propriétaire n’a jamais été indemnisé ; etc.

            17ème édition : après le 2-2 de l’aller au stade des Martyrs, le dimanche 15 avril, le match retour programmé le dimanche 23 septembre 2012 et confirmé à plusieurs reprises au stade Kibasa-Maliba par l’organisateur qu’est le comité de gestion de La LINAFOOT, les complications avaient été inventées par le TP Mazembe qui s’était interposé ouvertement et anarchiquement pour qu’il puisse avoir lieu dans son stade de la Commune de Kamalondo, pourtant pas retenu. Des arbitres y avaient été emmenés pour constater l’absence des Dauphins Noirs suite au communiqué contradictoire signé par le président du comité de gestion et président du comité d’organisation local, Yav Tshibal. L’AS V.Club, s’en tenant au communiqué officiel du  comité de gestion, ne s’y était pas rendu, empruntant plutôt la route du stade Kibasa-Maliba, dans la Commune de la Kenya, barricadée depuis le matin. Le jour suivant, la même personne se dédisait : « Le match était repoussé à une date ultérieure ». Alors que l’identité du perturbateur était connue… Remis au dimanche 18 novembre, l’AS V.Club n’avait pas daigné se déplacer, ayant compris la parodie.

Le classement à l’issue de la 4ème journée

            Il est à rappeler que la grille de la 5ème et avant-dernière journée prévoit, le mercredi 7 mai, les confrontations Sanga Balende-V.Club, à Mbuji-Mayi, et Mazembe-Don Bosco, à Lubumbashi. Par ailleurs, le classement à l’issue des matches de la 4ème journée du play off, joués le dimanche 4 mai (Don Bosco-V.Club 0-2) et le lundi 5 mai 2014 (Mazembe-Sanga Balende 3-0.

 

Siki Ntetani Mbemba

LEAVE A REPLY

*