Linafoot : Sanga Balende-V.Club forfait ou pas ?

0
217

Les comités de gestion de la Ligue nationale de football (LINAFOOT) ont, de tous temps, été à la base de la montée des tensions autour du championnat national par leur manière cavalière, légère et sélective de traiter les dossiers des incidents graves survenus dans les installations sportives à travers le pays.

Qu’il est loin l’époque où les textes légaux et réglementaires étaient vraiment respectés et objectivement appliqués par le staff de la LINAFOOT avec à sa tête Ndongala Mavakala Siya 1990 (1ère édition)-1991 (2ème édition) ou Muland Kayij 2001 (6ème édition)-2002 (7ème édition) ! Aujourd’hui, les mesures changent selon que des troubles aient été perpétrés à Kinshasa, Mbuji-Mayi ou Lubumbashi.

Pour ne pas remonter jusqu’au déluge, voici quelques cas pour illustrer ce propos.

Le dimanche 12 avril 2015, au stade Révérend Père Raphaël, le match entre le DC Motema Pembe de Kinshasa et SM Sanga Balende de Mbuj-Mayi, comptant pour la 9ème journée du play off du 20ème championnat en cours est arrêté à la 82ème minute à la suite de graves incidents ayant éclaté à la tribune d’honneur entre les gardes du corps du président de SM Sanga Balende, ci-devant gouverneur du Kasaï Oriental, Alphonse Ngoy Kasanji, et les fanatiques, ulcérés, de l’équipe kinoise. Celle-ci a aussitôt été reconnue fautive et sanctionnée d’un forfait, assorti de quatre matches à huis clos. Le team vert-blanc-rouge kinois avait vu sa peine doublée pour récidive, ayant déjà été frappé pour mauvais comportement, déjà, de ses supporteurs qui avaient interrompu, à la 43ème minute, la rencontre contre la JS Groupe Bazano de Lubumbashi, le mercredi 11 mars 2015, toujours au stade Révérend Père Raphaël, pour le compte de la 5ème journée.

Le jeudi 1er mai 2014, au stade de Tshikisha à Mbuji-Mayi, lors de la 3ème et dernière journée de la manche aller du play off de la 19ème édition, les membres de la délégation du TP Mazembe de Lubumbashi sont sérieusement violentés – et quelques uns blessés – à l’entrée du stade de Tshikisha à Mbuji-Mayi, par des fanatiques de SM Sanga Balende. Victoire de l’équipe locale par 0-1. Résultat homologué. Alors que l’article 44 point 2 du code disciplinaire de la FECOFA (Fédération congolaise de football association) renseigne qu’en cas d’«incidents graves provoqués par un officiel de club ou par des supporteurs dans les installations sportives (avant, pendant et après le match), l’équipe fautive perd le match par forfait, 3 points lui sont soustraits sur les points déjà acquis, perte des recettes du match concerné, réparation des préjudices corporels et matériels causés, poursuite judiciaire des agresseurs, amende de 250$ minimum et, en cas de récidive, le prochain match du club se jouera à huis clos ».

Représailles sauvages, le dimanche 4 mai 2014, à l’occasion de l’ouverture de la manche retour, soit la 4ème journée du play off, au stade TP Mazembe de la commune de Kamalondo, à Lubumbashi, où une grenade lacrymogène est balancée dans le bus transportant les joueurs de SM Sanga Balende à son arrivée à l’entrée des installations sportives. Sauve qui peut ! Roués des coups et blessés par la suite, telles que le témoignent les images diffusées sur le net, ces derniers courent chercher refuge sur le terrain où est en train de se dérouler le premier match opposant le CS Don Bosco de Lubumbashi à l’AS V.Club de Kinshasa (0-2). A la fin de cette explication-ci, l’arbitre Lopembe de Kisangani a pris place sur l’aire de jeu, accompagné seulement des acteurs du TP Mazembe qui seront tout de même rejoints, dix minutes plus tard, par leurs adversaires au nombre de dix, aux corps bien sûr endoloris. Après un moment de flottement, à la surprise générale, l’homme en noir et ses assistants ont décidé de regagner les vestiaires. Dans la soirée est rendu public un étonnant communiqué reprogrammant le match pour le lendemain, le lundi 5 mai, et que perdra SM Sanga Balende par 3-0.

Comme si de rien n’était, personne n’avait été inquiété ni l’arbitre ni SM Sanga Balende ni le TP Mazembe, auteur pourtant reconnu des incidents plus que graves, ni même le stade TP Mazembe de Kamalondo pas du tout menacé de fermeture. Résultat d’ailleurs homologué.

Dimanche dernier, le stade de Tshikisha de la Baudine 4 de la capitale diamantifère a été de nouveau le théâtre des graves incidents avec la prise en chasse par les supporteurs de SM Sanga Balende de l’arbitre central Engbangulu Bremer et ses assistants ainsi que des joueurs de l’AS V.Club, après une nouvelle égalisation (3-3), obtenue dans les ultimes minutes de la partie, comptant pour la 8ème journée du play off du 20ème championnat. Quelques blessés légers à déplorer.

Les rapports des officiels seront examinés certainement ce jeudi par le comité de gestion de la LINAFOOT. Une réunion sur les violences dans les stades s’est même tenue hier à l’hôtel Africana Palace, dans la commune de Lingwala, sous la direction du ministre des Sports ayant autour de lui les représentants de la FECOFA, de la LINAFOOT et des clubs participants. Il a été annoncé, à cette occasion, que soit réchauffée la Commission nationale de lutte contre les violences. Quant à la dérogation sollicitée auprès du ministère de tutelle par la FECOFA pour pouvoir organiser la manche retour du play off de la 20ème édition – 45 matches – au-delà du 31 mai, date officielle de la clôture de la saison de football en RDC, certains ont préconisé qu’elle ne soit signée que lorsque des conditions sécuritaires maximales seront réunies.

En gros, aucune décision importante n’y a été prise. Le sort dépend maintenant de l’avenir…

SIKI NTETANI MBEMBA