L’image peu flatteuse d’un pays

0
25

Alors  que  le  parlement  est  en  session,  un  député  national  est  cueilli  et  mis  au  frais,  sans  que  le  parquet  ait  requis et obtenu au préalable l’autorisation  de  la  Chambre  basse. A sa charge une  affaire  banale  de  recel  et  d’achat  de  voitures  volées.  Il  est  placé  en  résidence  surveillée  non  pas  chez  lui  mais dans un  hôtel choisi pour lui par  le  parquet,  après  avoir passé quelque  temps  à  la  prison  centrale  de  Makala.   C’est  le  26  mai  qu’il  est pris  et  mis  en  examen.  C’est le  député  Martin  Mukonkole,  élu  du  District  de  Kabinda  dans  la  Province  du  Kasaï  oriental.  L’Assemblée  nationale  proteste  énergiquement,  et  exige  sa  libération  immédiate  et  inconditionnelle.  Les  partis  politiques  de  l’opposition dont le  député arrêté fait  partie, par  le  truchement  de  François  Mwamba  du  MLC,  réagit  vigoureusement.  Mais  le  parquet  reste  de  marbre,  nullement  disposé  à  bouger.  Réunie  en  séance  plénière,  la  Chambre  basse  prend  une  résolution  le  07  juin  demandant  au  Premier  ministre d’enjoindre  au  ministre  de  la  Justice  d’intervenir  auprès  du  parquet  pour  la  libération  du  député  Mukonkole.  Indignée  par  le  refus  obstiné  du parquet,  l’Assemblée  nationale  décide  de  ne plus  siéger  tant  que  le  député  Mukonkole  n’aurait pas  recouvré  sa  liberté.  Quel  monde  à  l’envers  caractérisé  par  un dialogue  de  sourds  entre  les  institutions !

 

 

    Curieusement,  c’est  le  jour  même  de  la  clôture  de  la  session  de  mars,  soit  le  15  juin,  que  la  Cour  suprême  de  Justice  tiennent  séance  et  rend  un arrêt  en  conformité avec  la  résolution  de  l’Assemblée  nationale,  c’est-à-dire  ordonnant  la  suspension  de  la  détention  préventive du  député  Mukonkole.  Toutefois,  l’arrêt  de  la  Cour  stipule,  au  final,  que  « la  suspension ne peut  excéder  la  session  en  cours », alors  que  la  session  dont  il  est  question  et  au  cours  de  laquelle  le  député  était  arrêté, vient  justement  de  prendre  fin.  Ce  député  serait-il  libéré  sans  être  libéré ?  Selon  l’insinuation de  l’arrêt,  le  dossier  pourrait-il être relancé  pendant  les  vacances  parlementaires  qui  s’étendent  jusqu’au  mois  de  septembre  2010.  Il  y  a  lieu  de  se  demander  si  le  député  Martin  Mukonkole  peut  se  sentir  réellement  soulagé de  la  situation infamante de  « résidence surveillée »  par  cet  arrêt  de  la  Cour  suprême  de  justice. C’est  une  affaire  que  les  observateurs  ont  du  mal  à  situer  au  civil  ou  au pénal, mais  qui  a  l’air  des  relents  politiques  ou  d’un règlement  de  compte. Il y a de  perpétuels  balbutiements et  tâtonnements  dans  l’apprentissage  de  la  démocratie  et  le  respect  des  textes  légaux  autant  que  des  formalités  procédurales  dans  nos  cours  et tribunaux.

              Pendant  que  l’affaire  du  député  Mukonkole  défrayait  encore  la  chronique  partout à  Kinshasa,  tombait  comme  une  bombe  la  mort  mystérieuse  du  leader  militant  de  défense  des  droits  de  l’homme,  Floribert  Chebeya  de  « La  Voix  des  Sans  Voix ».  Les  circonstances  et conditions  de  sa  mort  demeurent  encore  obscures  jusqu’aujourd’hui.  L’opinion  nationale  et  internationale  est  restée  sous  le  coup  d’une  grande  émotion  dont  elle  ne  parvient  pas  à  se  remettre.  Le  corps  de  Chebeya  a  été  retrouvé,  mais  le  cas  de  son  chauffeur  Fidèle  Bazana  qui  l’avait  accompagné   au  rendez-vous  avec  l’Inspection  générale  de  la  Police  nationale  est  une  énigme.  Sa  famille  et  « La  Voix  des  Sans  Voix »  sont  désespérées  et désemparées.  Nul  ne  connaît  le  sort qui lui  aurait  été  réservé.  On  a l’impression  qu’il  doit  y  avoir  des  électrons  libres  incontrôlables  au  sein  des rouages  de  l’Etat,  auteurs  d’actes  criminels  dont  l’Etat  fait  les  frais  aux  yeux  de  l’opinion  nationale  et  internationale.  L’opinion  observe  aussi  des  faits  et  gestes  déconcertants  qui  traduisent  le  dysfonctionnement  des  institutions  dont  certains  animateurs  n’ont  cure  du  principe  de  la  séparation  des  pouvoirs  et  de  l’élégance  dans  leurs  rapports  de  collaboration.

              Le  pays  en  pâtit  et  son  image  est  de  plus  en  plus  peu  flatteuse.  La  manière  dont  le  député  national  Martin  Mukonkole  a  été  cueilli  et  mis  en  examen  au  cours  d’une  session  parlementaire  sans  l’avis  préalable  de  sa  Chambre,  la  mobilisation  d‘une  foule  de  ses  collègues à l’audience avec  le  Président  de  l’Assemblée  nationale  lui-même  en  tête,  l’indignation  de  la  Chambre  basse  qui  décidait  de  ne plus  siéger  tant  que  le  député  Mukonkole  n’aurait  pas  été  relâché,  l’arrêt  de  la  Cour  suprême  de  Justice  dont  le  libellé  suscite  des  interprétations  embarrassantes ;  la  mort  mystérieuse  du  célèbre  militant  de  défense  des  droits  de  l’homme  Floribert  Chebeya et  le  sort  toujours  inconnu de  son  chauffeur  Fidèle  Bazana  qui  était  son  compagnon  de  route  le  jour  de  sa  disparition ;  rien  que  ces  faits  troublants  encore  d’actualité ne  sont  pas  de  nature  à  rehausser  la  crédibilité  de  notre  système  politique.  On  s’étonne  de  ce  désordre  tentaculaire  qui  ronge  les  rouages  de  l’Etat  au  sein  desquels   il  n’y  a  pas  d’harmonie  et  d’unité  de  vues  à  tous  les  échelons  apparemment  hiérarchisés.  La  preuve  en  est cette  image  du  pays  qu’on  voit  de  temps  en  temps  ternie.

Jean  N’Saka  wa  N’Saka

Journaliste  indépendant

 

LEAVE A REPLY

*