Liberté de la presse 2017 : « Zone rouge », la RDC en recul inquiétant

1
33

L’Union nationale de la presse du Congo(UNPC) et Journaliste en danger(JED), en partenariat avec le bureau local de l’UNESCO, ont célébré, hier mercredi 3 mai 2017 la journée mondiale de la liberté de la presse au Centre des Ressources pour les Médias, au quartier Socimat dans la commune de la Gombe. Autour du thème : « Le rôle des médias dans la promotion des sociétés pacifiques, justes et inclusives », cette session a été marquée par la présence des chevaliers du micro et de la plume, des acteurs politiques et de la société civile, des
partenaires de la RDC, etc.

Profitant de cette occasion, le secrétaire générale de JED, Tshivis
Tshivuadi a demandé au président de la République d’ordonner la
libération des personnes arrêtées pour des motifs liés à la liberté de
la presse. Il a dressé un bilan sombre de la liberté de la presse en
RDC, pays classé 154ème sur 180 pays du monde sur la question de la
liberté de la presse. A titre illustratif, depuis le début de cette
année, les différentes atteintes à la liberté de la presse se
repartissent de la manière suivante : – 21 journalistes interpellés ou
arrêtés
– 20 cas de journalistes menacés ou agressés
– Au moins 26 cas de censure ou de fermeture des médias ;
– 1 journaliste  tué à Mbuji-Mayi  dans des circonstances qui n’ont
pas encore été  élucidées
– Dans  le Kasaï central, où un média  a été incendié par des
miliciens, au moins trois autres journalistes ont  été contraints
d’abandonner leurs domiciles, pour fuir les violences et les menaces
qu’ils ont reçues aussi bien de la part des miliciens que des forces
sécurité qui s’affrontent.
Ici à Kinshasa, poursuit-il, au moment où est célébrée cette journée
dédiée à la liberté de la presse, un journaliste croupit à la prison
centrale de Makala depuis 4 mois sans aucun jugement le condamnant.
Sans parler du signal de RFI qui reste brouillé à Kinshasa, et de ces
médias appartenant aux leaders de l’opposition fermés depuis plusieurs
mois, sinon quelques années à Lubumbashi. « Alors que l’actuel
Président de la République doit quitter le pouvoir à la fin de cette
année, au terme de son deuxième et dernier mandat expiré en décembre
2016, mais prolongé par un Accord politique signé le 31 décembre 2016,
dit ‘Accords de la Saint Sylvestre’, il laisse derrière lui une presse
exsangue, des médias sinistrés et des journalistes livrés à eux-mêmes
et à la violence d’Etat » a regretté Tshivis Tshivuadi.
D’ores et déjà, JED et UNPC ont affirmé attendre du parlement
l’adoption de la loi sur la dépénalisation du délit de presse et
l’adoption du budget sur l’aide à la presse, mais aussi la loi sur
l’accès à l’information.
Quant à Kasonga Tshilunde, président de la corporation journalistique
nationale, il a dans son discours plaidé pour la liberté d’expression
des journalistes congolais. Formel, il a déclaré : « rien ne peut
justifier qu’un journaliste soit assassiné où interpellé ».
Somme toute, au regard du thème de cette année « Rôle des médias dans
la promotion des sociétés justes, pacifiques et inclusives »,  JED et
l’UNPC ont lancé un appel urgent à la décrispation du climat politique
tendu dans lequel travaille les médias depuis que le pays s’est
installé dans une crise politique profonde. Cette décrispation passe,
selon eux, notamment par la mise en œuvre des recommandations de
l’Accords politique du 31 décembre appelant le ministre en charge des
médias de rétablir, dans les 15 jours, le signal des Entreprises
audiovisuelles fermées ou interdites…
Enfin, l’UNESCO, par l’entremise de son représentant résident en
RDC, Abdourhamane Diallo, a indiqué que cette journée sert aussi de
rappel aux gouvernements sur la nécessité de respecter leurs
engagements en faveur de la liberté de la presse, de moment de
réflexion pour les médias professionnels sur les questions relatives à
la liberté de la presse et à la déontologie, de soutien pour les
médias qui font l’objet de restrictions ou dont la liberté
d’expression est muselée.

Tshieke Bukasa

1 COMMENT

  1. vs la comunaute internationnal prend garde telqe vs l’ avait placé trouve la solution pcq le pur arriv,un congolais etait dejas cité,avec le djaist quand sa tient l’afrique central est plus qe irochimant au japon en bonn entendeur

Comments are closed.