Levée de voile sur les pratiques d’extorsion et de rétro-commissions : FPI , des promoteurs passent aux aveux

0
102

Un coin de voile vient d’être levée sur les dossiers des crédits non remboursés par des promoteurs industriels ou ceux présumés tels. On apprend que des bénéficiaires des prêts et autres subventions du FPI (Fonds de Promotion de l’Industrie) passent aux aveux et commencent à dénoncer l’extorsion des fonds dont ils ont été victimes de la part
d’une coterie de l’ancienne Direction Générale.

L’ opinion est sans ignorer que le FPI, à travers son nouveau plan
stratégique de recouvrement de ses créances, lesquelles s’élèvent à
plusieurs dizaines de millions de dollars américains, a entrepris des
actions de grande envergure, à la fois au niveau des services internes
de recouvrement que des procédures judiciaires.

Invités tour à tour au FPI pour examiner les modalités pratiques de
remboursement de leurs créances, des débiteurs qui, après avoir gardés
longtemps le silence, commencent à délier leurs langues et à faire des
aveux, en dénonçant des pratiques de corruption et d’extorsion dont
ils ont été victimes de la part de cadres véreux de cette entreprise
publique.
Des sources internes ayant requis l’anonymat rapportent que de
grosses sommes d’argent ont été extorquées, après libération des
paiements par tranches, sous condition de recevoir le solde en gardant
le silence, suite aux pratiques occultes aussi bien de
rétro-commissions que d’extorsion qui  leur ont créé plus de tort que
de bien.
Les jours qui suivront seront certainement déterminants sur cette
affaire des dessous de table qui ont non seulement plongé le FPI dans
des difficultés de nature à précipiter sa faillite mais aussi mis des
promoteurs escroqués dans une situation indélicate. Une fois que
toutes les pièces du « pillage » du FPI seront réunies, l’opinion ne
manquera pas de prendre connaissance de la liste exhaustive des
criminels économiques qui étaient au cœur de la maffia qui l’empêchait
de rentrer dans ses droits et de réaliser correctement son objet
social, à savoir le préfinancement des investissements de nature à
favoriser l’émergence d’une classe moyenne en RDC.

TB