L’évaluation à mi-parcours de la réforme de l’armée au centre d’un séminaire

0
44

Le Vice-ministre à la Défense et Réinsertion qui représentait le ministre empêché, a procédé hier mercredi 17 juin 2015, lancement officiel des travaux du séminaire d’évaluation à mi-parcours de la réforme des Fardc, dans l’amphithéâtre du Centre supérieur militaire, soulignant que ce processus entamé depuis 2008, devrait connaître l’évaluation de son état d’avancement et de sa mise en œuvre.

René Nsibu a, à cet effet, invité les participants à établir un diagnostic sévère et sans complaisance du plan révisé de la réforme de 2009 et de sa feuille de route, pour en dégager tous les progrès réalisés, les résultats obtenus et formuler des recommandations idoines.

Il a remercié pour leur appui aux Fardc, les partenaires tant bilatéraux que multilatéraux, au rang desquels il a cité la mission Eusec RD Congo qui va laisser bientôt la place à une autre modalité de collaboration entre l’U.E et la RDC.

Au nom du chef d’état-major général des Fardc empêché, le lieutenant-général Dieudonné Amuli, chargé des opérations et des renseignements, a rappelé le plan de réforme de l’armée initié en 2009, comportant trois phases importantes, et qui était étalé sur 17 ans, de 2009 à 2025. Dans ces différentes phases, les Fardc qui est démarré le rajeunissement de leurs effectifs, devaient également finaliser la constitution des unités de couverture sécuritaire, des unités de réaction rapide, ainsi que des unités de défense principales.

Il en a profité pour partager ses trois convictions. D’abord, la nécessité de poursuivre la réforme de l’armée, compte tenu des contraintes, des risques et  menaces qui pèsent sur notre pays. Ensuite, le profil de l’armée républicaine, professionnelle et apolitique attendue de cette réforme. Et enfin, l’appropriation de cette réforme.

Expliquant ce qu’est son organisation, le Réseau pour la réforme de services de sécurité et de justice, Emmanuel Kabengela wa Kalonji, a indiqué que c’est la société civile, force de proposition, qui se caractérise par un partenariat positif en consacrant ses efforts sur les actions de monitoring, de plaidoyer et de sensibilisation. En outre, il a déploré le déficit de volonté politique du gouvernement mais que par la lenteur administrative, pour prendre des mesures d’application de certaines lois et de l’allocation des ressources financières à la mise en œuvre de la réforme.

Dévoilant un bilan visiblement positif, le colonel Jean-Louis Nurenberg a livré les chiffres sur les réalisations de la mission Eusec en RDC, depuis son implantation dans notre pays. En dix ans, sa mission a entre autres activités, accompagné les Fardc à mettre sur pied, une base de données pour la bancarisation des militaires, la réhabilitation des infrastructures militaires, dont 195 bâtiments rénovés, notamment des centres d’instruction, des écoles militaires, des armureries et dépôts de munitions, améliorant ainsi la sécurité des populations civiles.

            Signalons que les représentants de la Monusco, de la France, des Etats-Unis ont présenté le tableau des appuis de leurs missions de coopération avec les Fardc, avant la constitution des groupes thématiques de travail. Auparavant, les problèmes de cinq piliers de la réforme, la formation, l’équipement, le casernement, la gestion des ressources humaines et la santé, ont été abordés tour à tour par des responsables des services centraux de l’état-major général des Fardc.

                                                                                              J.R.T.