L’étiage du fleuve Congo inquiète la Snel

0
32

L’Adg Yengo Massampu  a tenu une conférence de presse hier lundi 6 juin 2011 à la sous-station de Lingwala dans la commune de Bandal. Au menu ; l’évaluation du plan d’urgence pour l’amélioration de la desserte en électricité à Kinshasa, les efforts déployés par la Snel en matière de distribution  de l’énergie, le problème d’étiage observé au niveau du fleuve Congo…

D’entrée de jeu, Yengo a fait remarquer que la Snel a   aussi son  plan d’urgence en matière de desserte du courant électrique à Kinshasa.  Il  s’attaque  surtout à la dégradation du matériel électrique.   Il se passe parfois près d’une année avant que les transformateurs et câbles commandés arrivent à destination, a-t-il précisé. Le comité de gestion vient de remettre en état des machines à Zongo. A Inga II, on s’attelle à remplacer les transformateurs avariés. En outre, on  a commandé 240 km  de nouveaux câbles électriques. La trentaine des  transformateurs commandés sont déjà au pays. On va implanter des cabines de décharge pour pallier le  problème de saturation. Elles sont  censées  « accaparer»  l’excédent du courant électrique observé dans des cabines.

La précision de taille fournie par Yengo est que la Snel  a disponibilisé 25 millions des dollars américains pour exécuter ce programme d’urgence.
« C’est grâce au paiement de vos factures que nous avons mis de côté cette somme.  », a-t-il souligné.

Quant au problème d’étiage observé sur le fleuve Congo, il a précisé que la baisse du niveau d’eau observée ces derniers mois est le plus bas depuis 1905. Cette situation est très préoccupante. La Régie des Voies Fluviales « RVF » a même attiré l’attention des opérateurs économiques qui possèdent des baleinières. Ce problème d’étiage, s’il s’aggravait, aura des répercussions sur la production de l’énergie électrique.  D’autant plus qu’il faut une quantité minimale d’eau pour faire tourner les machines. Il a déclaré  qu’il n’a nullement l’intention de créer la panique auprès de la population. Mais il a l’obligation de donner la bonne information à qui de droit. 
Daniel Yengo a ajouté qu’il ne s’agit pas du problème d’ensablement. Néanmoins, il y a des dragues.
« Et comme le fleuve Congo traverse plusieurs provinces, nous croyons que d’ici là, on va enregistrer beaucoup des précipitations du côté de la région de l’Equateur par exemple », a-t-il souligné.

Prié de donner des précisions sur la construction de la seconde ligne électrique  Inga- Kin  censée résoudre le déficit de la fourniture du courant dans la capitale , Yengo a dit que sur papier, tout est OK. Néanmoins, les travaux pourraient démarrer le mois prochain et vont durer deux ans.
L’autre précision fournie à l’intention des médias est qu’avec la construction d’une centrale électrique au Congo Brazza, on va « économiser » 70 MW. Cela peut améliorer la desserte en courant électrique à Kinshasa.
Le transformateur de la sous station de Lingwala tombé en panne est opérationnel depuis le dimanche 5 juin 2011. Toutefois, on a commandé un transformateur de secours.

Jean- Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*