Les volontaires des Grands Lacs au chevet des sinistrés

0
19

 

Les bruits des bottes qui se font entendre ces derniers jours au Nord et Sud Kivu ont occasionné des drames humanitaires. 
Le Comité International de la Croix Rouge « CICR » poursuit le dialogue avec toutes les parties au conflit. Comme les combats ont lieu dans les zones reculées, le CICR a du mal à y accéder.
Les équipes du CICR maintiennent un dialogue confidentiel avec les forces et groupes armés  afin que les civils soient épargnés par ces violences. Et que le traitement des malades et blessés se fasse sans trop des problèmes.
Ces précisions sont contenues dans un communiqué de presse du CICR remis au Phare le lundi 28 mai 2012. Elles émanent de Laeticia Courtois, sous chef de la délégation du CICR à Bukavu.
Les blessés transportés par des villageois marchant à pied, mettent plusieurs heures pour atteindre les centres de santé ruraux. 
Ces centres sont approvisionnés en médicaments, équipements et autres matériel de pansement par le CICR. Les cas sérieux sont traités à Bukavu.
Les besoins sont immenses. En effet, la prise en charge des blessés à plus long terme est un sérieux problème.
Entre-temps, plusieurs personnes ayant fui les violences se sont réfugiées en Ouganda et même au Rwanda.
Plus de 8700 réfugiés congolais ont afflué au Rwanda depuis le mois d’avril de cette année. La Croix Rouge rwandaise  et le CICR ont facilité des échanges téléphoniques entre les congolais réfugiés au Rwanda et leurs proches restés au pays. Ce service  en usage pour la première fois  dans le pays, permet de pallier le manque d’accès aux régions d’où proviennent ces réfugiés.
Par ailleurs, 14 000 réfugiés, en majorité des femmes et des enfants, sont arrivés dans l’ouest de l’Ouganda depuis le début des hostilités. Le CICR vient de recourir  au téléphone, il y a de cela deux semaines ,  pour permettre à 600 pensionnaires du centre de Nyakabande et du nouveau centre d’accueil pour les réfugiés de Rwamwanja de reprendre contact avec leurs familles. 36 enfants non accompagnés ont été enregistrés pendant cette période.
Depuis le début de l’année, le CICR  a facilité l’évacuation de 127 blessés de guerre et la prise en charge de 156 nouveaux blessés dans cinq hôpitaux. Et apporte un soutien conséquent à 3 hôpitaux du Nord et Sud Kivu. 
Des milliers de consultations en chirurgie, médecine et gynéco obstétrique ont été réalisées dans ces établissements hospitaliers.  2000 patients y  ont été admis
 
D’autres  également significatives portant la signature du CICR ont été faites dans ces deux provinces du Kivu.
 
Jean- Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*