Les voleurs des effets du député provincial Marius Gangale aux arrêts

0
41

Les enquêtes difficiles menées par la police provinciale de la ville de Kinshasa dans l’affaire de l’assassinat de l’Honorable Marius Gangale, député provincial de la ville de Kinshasa, commis dans la nuit du mardi 22 novembre 2011, par deux éléments incontrôlés roulant à moto sur avenue 24 novembre, commune de Selembao, progressent.

Pendant qu’ils recherchaient encore les auteurs de ce crime, dont on dit qu’ils sont allés se réfugier dans d’autres provinces, dame chance a souri aux limiers du Bataillon de la police d’investigations criminelles. En effet, d’une violente discussion entre deux jeunes garçons dans un bar, ils ont appris que l’objet de la querelle était un mauvais partage du butin. Ils avaient acquis de manière malhonnête des bijoux et ne se sont pas bien entendus concernant la répartition du produit de la vente. La discussion était si vive que les policiers attablés non loin de là, ont découvert que la provenance des parures en or était d’origine délictueuse.

Interpellés par les policiers, les deux suspects ont fini par avouer qu’ils font partie de la bande des voleurs qui, quelques minutes après le crime, avaient « pillé » le cadavre ensanglanté de l’Honorable Marius Gangale et sa veuve encore sous le choc.
L’un de ces voleurs, Matshuapanga, non autrement identifié, se rappelle que cette nuit-là, ils sirotaient un verre de bière dans le bar «  Bonbon Sucré ». Soudain, deux coups de feu ont retenti sur l’avenue 24 novembre, non loin de ce débit des boissons.

S’étant précipités sur le lieu pour s’enquérir de la situation, ils verront leur ami Yvon Mayimona alias Ken refermant la portière de la jeep où se trouvaient le membre de l’Assemblée provinciale de la ville de Kinshasa et Mme Marius Gangale. Il avait en mains la caméra du député. Avant que les premiers témoins  ne s’approchent du véhicule, leur bande a arraché une chaînette en or du membre du MLC, ainsi que d’autres biens appartenant à la dame qui ne s’expliquait pas la cruauté des délinquants de Selembao. Au lieu de chercher à secourir les victimes de cette agression, ils se ruaient sur ces dernières pour leur arracher leurs effets de valeur,
On apprendra par la suite que la caméra a été revendue le jour suivant auprès d’un certain Mavinga Lusala Cicéron, au prix de 150 dollars.
Lors du partage du butin, Yvon Mayimona a touché 50 dollars et Kalamba Amisi dit Aristote avait perçu 35 dollars. On a remis 3.000 FC à Tshitshi. Et le reste a servi à désintéresser les autres membres de la bande, Tosha, Yasini et Muluba.

La plupart de ces malfaiteurs appréhendés, la police a transféré la bande à l’Auditorat militaire de garnison de Ngaliema. Le dossier comprenait non seulement les procès-verbaux de l’audition des suspects, mais aussi avec des pièces à conviction.
A leur charge, il a été retenu comme infractions, le vol qualifié et recel d’objets.
Pour l’instant, le Bataillon de la police d’investigations criminelles entrevoit de poursuivre la traque des assassins qui une fois arrêtés, doivent éclairer la justice sur les commanditaires, les mobiles de cet acte ignoble assassinat et peut-être sur le montant versé pour l’exécution du crime.
Dans les milieux politiques, les spéculations vont bon train. Mais pour rétablir la vérité et fixer l’opinion sur ce crime odieux, on attend beaucoup de l’enquête de la police. 


J.R.T.

LEAVE A REPLY

*