Les USA ont participé à la vaccination

0
25

Le centre culturel américain de Kinshasa a encore servi hier, jeudi 24 mars 2011 de cadre pour le deuxième rendez-vous avec la presse locale afin de partager la vision de la politique américaine sur les sujets brûlants du moment. Cette conférence de presse animée par Satrajit Sardar, Conseiller Adjoint aux affaires publiques et  Porte-parole de la représentation américaine à Kinshasa a essentiellement tourné autour de deux crises qui secouent et tiennent le continent africain en haleine :   la crise libyenne et la crise ivoirienne.

 Cependant avant d’aborder ces questions, le Porte-parole  de l’Ambassade américaine à Kinshasa a annoncé  à la presse sa participation en compagnie du ministère de la Culture, du Genre et Famille ainsi qu’avec l’Ong « Initiative plus » de la première dame de la République à l’organisation ce 31 mars, de la deuxième édition  du prix annuel « Femme de courage ».

 Ce prix a le mérite de récompenser  la femme  congolaise qui s’est distinguée dans  son champ d’action en participant à l’amélioration de conditions de vie de sa communauté. En plus de cette activité, Satrajit Sardar a annoncé un financement technique en faveur des radios communautaires à hauteur de quinze millions de dollars américains. Ce financement concerne notamment le renforcement des capacités des radios communautaires dans les provinces du Katanga, Maniema, Bandundu et le Sud-Kivu, cela en vue d’élargir l’accès des citoyens à l’information en général, surtout pendant cette période où les élections générales de 2011 sont annoncées. En outre sur le volet sanitaire, Satrajit Sardar a reconnu la participation de son pays à travers son agence USAID, à hauteur de dix millions de dollars pour la campagne de vaccination en cours  contre le poliovirus sauvage.
 A propos de la situation qui prévaut en Libye et la cacophonie que cela semble susciter avec  le bombardement de la coalition, Satrajit Sardar a affirmé que l’intervention actuelle est le consensus obtenu de tous les partenaires  sur base de la résolution 1973 du Conseil de Sécurité de l’Onu qui a voté une zone d’exclusion aérienne afin de stopper  le massacre de civils dans les zones  qui échappent au pouvoir de Tripoli. Donc pour lui, il n’y a pas dissension. C’est dans cette logique, a-t-il fait savoir, que la coalition fait de son mieux que ces frappes ne touchent pas à la population civile. Seules les cibles militaires sont visées. Sur la question Ivoirienne, le diplomate américain a soutenu qu’au-delà de sanctions prises contre le régime de Laurent Gbagbo et des initiatives diplomatiques, les USA  continuent à privilégier  une résolution pacifique de ce conflit né des élections qui ont consacré  la victoire d’Alassane Ouattara. Les USA privilégient-ils le pétrole au Cacao pour parler de deux crises  en cours et l’intervention musclée de la Communauté internationale en Libye.   A  cette question le diplomate américain a avoué que l’intervention de la communauté internationale dans ces deux conflits est conséquente au contexte qui détermine la manière et le type d’intervention.
A.Vungbo

LEAVE A REPLY

*