Les USA mettent 30 millions de dollars pour le manioc

0
33

Il est prévu le lancement d’une campagne agricole de boutures de manioc améliorés dans les provinces de Kinshasa, Bandundu et le Bas-Congo par l’USAID le 20 mars. L’annonce de cette activité a été faite, le 15 mars dernier  à Kinshasa,  par Marc Dillar, Porte-parole de la  représentation diplomatique  américaine en Rd Congo au Centre culturel américain de la Gombe au cours du point de presse bi mensuel de cette ambassade à Kinshasa.
Doté de 30 millions de dollars, ce projet  qui sera lancé par la directrice-pays de cette agence américaine au développement va  consister  à distribuer des variétés améliorées  de boutures de manioc, à venir en aide aux populations rurales afin d’améliorer et augmenter la productivité du manioc dans cette partie du pays où il reste  le premier aliment de base. Pour cette première expérience, c’est la localité de Bambolomene, au  plateau de Bateke qui a été choisi comme site de lancement de cette campagne d’autosuffisance alimentaire.

Au cours de cette même conférence de presse,  invité à faire l’état des lieux du dialogue inclusif dans la formation du gouvernement suite à la crise post-électorale qui perdure, tel que préconisé par son pays, Marc Dillar s’est  dit heureux de voir que le dialogue amorcé au sein de la classe politique se porte bien et que les contacts politiques  informels et formels  continuaient afin de sortir le pays  du marasme politique dans lequel il se trouve.  Toutefois, il déclaré que les USA restaient très attentifs à toute évolution de la situation sur le terrain, et également en contact avec toutes les parties pour aider à ce dialogue inclusif dont l’issue dépend  totalement de la seule capacité de la classe politique à le résoudre.

 Quant au verdict de la  Cour pénale internationale sur l’affaire Lubanga, bien que n’étant signataire du traité de Rome, le Porte-parole des Etats Unis a salué cette décision. Néanmoins, a-t-il ajouté, son pays allait  continuer sa  collaboration avec cette cour internationale en vue de lutter efficacement contre tous ceux qui portent atteinte et viol les droits humains.   

Dans le cadre de la protection de la biodiversité et des espèces en voie de disparition et la lutte contre le braconnage et la vente illicite de ces espèces, l’ambassade des USA va financer la participation de cinq officiels congolais au colloque de  Libreville au Gabon sur l’exploitation des animaux sauvages protégés.    
Enfin, pour célébrer  avec faste  la femme en ce mois de mars, l’ambassade des USA à Kinshasa va organiser sa propre cérémonie à la fin de ce mois afin de décerner le prix de la femme de courage  à la femme congolaise. Ce,  à l’instar de la même cérémonie qui a eu lieu le 8 mars aux Etats-Unis.

A.Vungbo

LEAVE A REPLY

*