Les travaux d’infrastructures routières marquent le pas

0
161

infrastructureIl y a deux ans, les chantiers de la réfection de grandes artères de Kinshasa avaient été inaugurés avec pompe par les pouvoirs publics sous les applaudissements nourris des usagers. Tous les espoirs et regards étaient dans l’attente de l’ouverture de ces infrastructures complètement réhabilitées pour réduire sensiblement les embouteillages et rendre la circulation fluide aux heures de pointe. Hélas ! Les Kinois ne savent plus à quel saint se vouer, car tous les grands travaux sur les principales artères reliant surtout Kin-Ouest au centre-ville se trouvent à l’arrêt. Essentiellement ceux qui avaient été confiés aux entreprises chinoises, notamment le Boulevard Lumumba qui part de l’avenue de l’aérodrome de Ndolo, traverse les communes de Limete, de Matete, de Ndjili, de Masina, de Kimbanseke vers les quartiers de la commune de la Nsele en passant par l’aéroport international de  Ndjili. Il y a aussi l’avenue By Pass qui relie l’Echangeur de Limete à la commune de Mont Ngafula en traversant les différents quartiers de la Commune de Lemba, dont l’Université de Kinshasa, ses environs jusqu’à Kimwenza et ses environs aujourd’hui fort peuplés.

            Au niveau du pont Matete, les travaux sont à l’arrêt, car non seulement les ingénieurs et ouvriers ont déserté les lieux, mais l’on remarque surtout de nombreux et immenses blocs de béton éparpillés sur le chantier exposés ainsi aux intempéries et pourquoi pas aux vols par des inciviques. Pire, le grand tunnel qui devait passer sous cet échangeur ressemble à un égout abandonné et qui se remplit de plus en plus de sable et autres détritus jetés par les ménages voisins et les vendeurs à la criée. Si rien n’est fait, il sera bouché d’ici peu avec ce que cela comporte comme conséquence, notamment des érosions et des glissements de terrain.

            Un autre chantier qui énerve les Kinois est celui de l’avenue By Pass qui part de l’Echangeur de Limete aujourd’hui à moitié réfectionné pour traverser les communes de Lemba et du Mont Ngafula. Une avenue très fréquentée car traversant des quartiers très peuplés et où se trouve le site du pont Matete, l’Université de Kinshasa, les Cliniques Universitaires, le Centre de recherche Nucléaire, l’Institut supérieur de Théologie Catholique et la Prieuré.

            Les travaux de génie qui avaient démarré avec pompe ont été arrêtés sur ordre d’on ne sait qui. Ce qui est grave, c’est que les grands engins de génie civil ont été déplacés vers des lieux tenus secrets à ce jour. Plus de traces des ingénieurs et ouvriers chinois sur ces lieux. Les intempéries ont fortement endommagé les tronçons déjà nivelés en y créant des trous béants qui obligent les usagers à des manœuvres très compliquées. Que d’embouteillages aux heures de pointe suite à ces trous béants ! Que des pannes enregistrées certains véhicules, notamment au niveau des amortisseurs et des moteurs !

 Qu’est-ce qui est à la base de cet arrêt des travaux sur ces différents chantiers ? Peut-on évoquer des problèmes d’ordre financier ? Eh  bien non, car ce serait irresponsable dans le chef du Gouvernement central de démarrer des travaux de réfection de certaines artères principales d’une mégapole de la taille de Kinshasa sans avoir prévu un budget conséquent. Selon certaines sources habituellement crédibles, le problème est à chercher du côté des autorités politiques au pouvoir en place qui ont d’autres préoccupations en ces temps de turbulence pour la formation de ce fameux gouvernement de cohésion nationale. Surtout dans un Etat qui répugne le contrôle au niveau des dépenses publiques. La mémoire collective n’a pas encore digéré les coûts de travaux de réfection de l’hôpital du Cinquantenaire estimé à la somme colossale de Cent millions des dollars Us, de celui du Boulevard du 30 juin de l’ordre de 70 millions des dollars Us.  On retient son souffle, car la note risque d’être salée au sujet de ces chantiers sur ces artères principales aujourd’hui à l’abandon. Il est quand même réconfortant de constater que le chantier de la Route des poids lourds confiés à la coopération japonaise ont été achevés dans les délais promis à la grande satisfaction des Kinois.

F.M.

LEAVE A REPLY

*