Les taxis-bus « Esprit de vie » entrent dans l’arène

0
146

espritDeVieLes taxis-bus achetés par les privés, grâce à un appui du gouvernement de la République, et  baptisés pompeusement « Esprit de vie », ont débuté leur travail le lundi, 20 octobre 2014, sur plusieurs artères de la capitale où ils ont transporté des passagers. Ils ont été particulièrement visibles à Lemba, Limeté, Boulevard Triomphal, Place Golgotha à la Fonction publique, etc. Très  propres et confortables comme tout véhicule neuf, ils ont adopté un seul tarif de 500 Fc, quelle que soit la distance parcourue. Ils ont rejoint par là le tarif adopté par « Transco » et « Newtranskin » qui sont leurs prédécesseurs sur les routes de la capitale. Par contre, tout le monde sait que cette série de bus a été voulue par le gouvernement pour combattre, par une concurrence positive, les taxi-bus/Mercedes 207 et autres bus hors normes que les Kinois ont surnommés «Esprit de mort », tellement ils ont  provoqué maintes fois des carnages sur les routes à Kinshasa. C’est ainsi que les bus « Esprit de vie » sont considérés comme des fauves devant faire disparaître de l’arène de la vie,  les tristement célèbres « Esprit de mort ».

            Plusieurs passagers et observateurs embarqués par ces nouveaux bus se sont montrés très enthousiasmés par ce début. Ils estiment que ce nouveau pas dans la bonne direction du gouvernement Matata doit être encouragé. En outre, ils pensent que les chauffeurs de ces bus doivent se montrer conscients du devoir qui les incombe de redorer l’image ternie des transporteurs privés dans la capitale. Cela n’est possible que dans la mesure où ils respecteront le Code de la route,  les clients, le tarif officiel de parcours et les piétons. En outre, ils ont loué le confort et la sérénité qui règne dans le bus dès l’embarquement jusqu’à la descente. D’aucuns voudraient aussi que les pasteurs flatteurs soient interdits de prédications dans ces bus comme cela est le cas dans les bus Transco, tellement ces gens indisposent les passagers pour des besoins égoïstes, très éloignés de l’évangile.

            Par contre, les tenants des anciens taxis-bus n’ont pas tari des quolibets et des railleries à l’endroit de tous les bus nouveaux venus et des passagers qui les empruntaient. Ils disent que tous disparaîtront un jour comme ils sont arrivés et leur laisseront ces routes comme l’ont fait les défunts Sotraz, City-Train, Stuc, Tranzam, OTCZ, etc. Ceux qui aiment se nommer « Mopao, Pilote, res…, comptable » dans ces « Esprits de mort » se disent tranquilles et clament leur patience d’attendre. Toutefois, les passants qui les ont suivis les ont traités de sataniques, car leur attitude confine le cynisme et le plaisir de ne  pas changer un mauvais comportement. Ils ont invité le gouvernement à durcir le contrôle technique des véhicules et les qualités psychologique et professionnelle des conducteurs de ces « Esprits de mort » qui ne tiennent à démordre.

SAKAZ

LEAVE A REPLY

*