Les services d’assiette appelés à accroître les recettes

0
62

Le vice-ministre des Finances, Joas Mbitso Ngedza a appelé les responsables des services d’assiette recensés dans les différents ministères à contribuer efficacement à la mobilisation des recettes. La journée d’appel à la sensibilisation des services d’assiette pour une meilleure taxation s’est déroulée hier mercredi à l’Hôtel Vénus à Gombe. Il s’est félicité des assignations jusque-là réalisées par les régies financières dans le cadre du Pacte de doublement des recettes (Pader). Il a pris pour exemple la Direction générale des recettes administratives, domaniales, judiciaires et de participation (Dgrad), cotée meilleure élève pour ces sept derniers mois. 

            Joas Mbitso a rappelé que la Dgrad a réalisé, en sept mois, des recettes de 226 milliards de Fc qui dans l’ensemble, ont atteint, pour période, à la fois les assignations budgétaires, et celles du Pader, soit respectivement 162,5% comme 100,58% des taux d’exécution.

 

            En l’absence du ministre titulaire Matata, l’orateur a porté à la connaissance de l’auditoire que le Pader « hier un mythe ou une chimère pour les uns, la Dgrad et l’ensemble des vos services ont démontré à la face de la nation que cette idée noble est réalisable ».

            Il a rappelé les motivations de la création du Pacte lancé, en présence du premier ministre, en mars 2010 entre le ministère des finances et les régies financières. Il a été lancé pour deux raisons : disposer des ressources nécessaires pour financer le programme d’actions du gouvernement contenu dans les Cinq chantiers et assainir les finances publiques par une restriction des dépenses et une mobilisation accrue des recettes. « Ce qui constituait un des critères qui a été retenu pour atteindre le point d’achèvement de l’Initiative Ppte », a précisé le vice-ministre qui est d’avis que les efforts collectifs des Congolais ont contribué à l’atteinte du point d’achèvement.

            A ses yeux, la mobilisation optimale des recettes propres devient un cheval de bataille du ministère des Finances, par le truchement des régies financières. « Ces ressources singulièrement internes, sous d’autres cieux contribuent au développement car elles sont saines et non frappées d’un quelconque intérêt ». C’est ce qui justifie, selon lui, la mobilisation des recettes non fiscales perçues par la Dgard requière la double participation : la constatation et la liquidation, et l’ordonnancement et le recouvrement.

            A la fin de l’allocution, c’est un conseil : « Plus que jamais nous devons abattre un travail de titan et afficher un comportement proble, pour ne plus retomber dans le vicieux cercle d’endettement, sources des misères et d’appauvrissement ».

            Devant les secrétaires généraux des régies financières dont la Dgda et la Dgi, le directeur général de la Dgard est revenu sur les assignations réalisées par son entreprise avant de noter que « le résultat est aussi et surtout l’expression de l’engagement traduit en actes (…) dans le sens de nous accompagner dans la lutte pour la maximisation des recettes ».

            Jean Elongo Ongona est d’avis que maintenir le cap atteint en ce moment est l’idéal.             

D-I.K

LEAVE A REPLY

*