Les radios communautaires en guerre contre la surtaxation

0
60

Les radios communautaires sont confrontées à une taxation qu’elles estiment asphyxiantes pour leurs maigres budgets de fonctionnement. Elles sont soumises en effet au paiement des taxes allant de 2 300 à 40 000 dollars américains. Face à cette situation, la Fédération des Radios de Proximité du Congo (FRPC) a organisé, le samedi 22 novembre au Centre de Rééducation pour Handicapés Physiques, à Gombe, un café de presse sous le thème «Surtaxation des radios communautaires : problèmes actuels et perspectives futures ».

        Cette rencontre avait pour objectif de réfléchir sur les questions cruciales des radios communautaires  et de proximité émettant sur toute l’étendue du pays. Ainsi, il a été démontré que les principaux problèmes qui bloquent le développement des 400 radios de proximité sont la surtaxation et la précarité financière.

     Trois panels étaient constitués pour la circonstance:

– 1. « Quelles sont les taxes et prélèvements légaux  établis en RDC que les radios communautaires doivent payer » (par Célestin Nentobo, agent à la Direction Générale des Impôts) ;

– 2. « Quel régime fiscal et parafiscal pour les radios-communautaires au regard du cahier de charges du ministère des médias » (par Gabriel Ngimbi , Directeur au Secrétariat général des Médias) ;

– 3. « Difficultés et fonctionnement des radios communautaires face à la surtaxation : perspectives d’avenir et recommandations » (par Modeste Shabani, président du Conseil d’administration de la FRPC).

            Chacun des panelistes a passé  en revue la gestion quotidienne des radios communautaires et leurs rapports avec les services générateurs des recettes publiques.

        Dans les différents exposés, il a été relevé que les radios de proximité jouent un rôle très important dans l’organisation de la vie en société, en apportant aux communautés humaines des informations utiles à leur développement.  Selon leurs cahiers de charge, ces médias ont, de manière générale, l’obligation de former et d’informer leurs communautés de base sur des questions d’actualité d’ordre politique, social, économique, etc.

      Au terme de leurs échanges, les participants ont recommandé aux dirigeants un allègement fiscal, vu la modicité des recettes que produisent les radios communautaires.

     Pour ce faire, ils ont décidé de mettre en place une commission      qui va travailler sur cette problématique afin d’élaborer un mémo, qui devra clarifier les rubriques liées au paiement des taxes. Cette même commission va devoir élaborer un projet de loi conforme aux réalités de terrain. L’objectif visé est d’atteindre une suppression légale des taxes.

        « Elles sont obligées de payer des sommes allant de 200 à 30 000 dollars, alors qu’elles réalisent de très faibles recettes. La radio d’Okito Kiango à Lwena n’a réalisé, au terme d’une année, que  834 dollars américains. Mais, on lui demande de payer plus de 5 000 dollars d’impôts.»

     Pour terminer, Modeste Shabani, le PCA de la fédération, a réaffirmé son engagement à accompagner les populations de l’arrière-pays pour leur développement.

Dorcas NSOMUE

LEAVE A REPLY

*