Les professionnels des médias en formation sur les fondamentaux du droit

0
40

L’Organisation non gouvernementale  RCN Justice et Démocratie en partenariat avec l’UCOFEM et le JED, a organisé le mardi 20 juin 2014, un atelier de  formation sur les notions élémentaires de droit et de justice en faveur des journalistes afin de leur permettre de rédiger et de diffuser des informations fiables et de qualités. Cet atelier tenu au centre Caritas, a réuni les journalistes provenant de divers organes de presse ainsi que des activistes des droits de l’homme.

En effet,  les conditions d’exercice de la profession du journalisme en RDC sont difficiles : manque d’indépendance politique et économique, pressions et intimidations, etc. Malgré la charte africaine des Droits de l’homme et des peuples dont l’article 9 stipule clairement que «  toute personne a droit à l’information, de s’exprimer et de diffuser ses opinions dans le cadre des lois et règlements », le statut de journaliste reste précaire vu que nombre d’entre eux sont très souvent l’objet de pressions, dès qu’ils traitent les informations trop sensibles. C’est dans ce sens que l’ONG justice et Démocratie a organisé cette formation afin de mettre en place un cadre normatif à l’exercice libre de la profession journalistique, notamment dans le traitement des questions judicaires et juridiques.

            Gaëlle Vandeputte, chef de mission RCN  justice et démocratie,  a fait savoir  que suite aux pressions dont sont l’objet les journalistes, plusieurs par crainte de représailles, pratiquent l’autocensure et ne constituent plus le relais d’information objective ou de contrepouvoir que l’on est en droit d’espérer d’une société démocratique. Pourtant, ajoute-t-elle, la démocratie ne peut s’exprimer que s’il y a un débat démocratique supposant une expression d’opinions divergentes sur toutes les questions d’intérêt public s’appuyant sur des médias libres et indépendants.

            Etant donné que la justice représente un des piliers de la bonne gouvernance, Gaëlle Vandeputte a estimé  qu’il est important que la population, notamment les journalistes, soit informée de son fonctionnement et de ses éventuels dysfonctionnements ainsi que de nombreux enjeux en cours. C’est ainsi que cette première formation élémentaires de droit a été organisée, a-t-elle martelé.

La thématique développée

            De son côté, Natacha Munlemvo Nsimba, juriste de formation et avocate pratiquante,  a approfondi les notions élémentaires de droit à travers un exposé expliquant avec des exemples, les différents jargons utilisés en justice tels que la présomption d’innocence, le secret d’instruction, la légitime défense,  le droit au silence, la responsabilité pénale individuelle, etc.

En ce qui concerne la présomption d’innocence, elle a condamné le fait que plusieurs journalistes rédigent leurs articles en portant déjà un  jugement sur une quelconque affaire ou une personne traduite en justice, sans pourtant que la culpabilité de celle-ci soit établie par un jugement définitif. Elle a estimé qu’il faut toujours attribuer des informations pareilles à une source afin d’échapper à une sanction prévue à ce sujet.

            Au cours de cet exposé, l’avocate a également  évoqué les différentes  organisations judicaires de la RDC et leur compétence. Elle a renseigné qu’il existe 2 types de juridiction notamment celle de droit commun qui a le droit de connaître toutes les affaires en justice sauf si la loi en décide autrement. Et la juridiction spécialisée qui ne se base que sur une catégorie d’affaires, (les tribunaux de commerce, tribunal d’enfants, etc).

            Il sied de noter que cet atelier prendra fin le 22 mai 2014. A cette occasion,  les participants effectueront une visite dans l’un des tribunaux.  de Kinshasa

Perside DIAWAKU 

LEAVE A REPLY

*