Les opérateurs économiques gagnés par la psychose

0
27

L’activité économique de la RDC dans son ensemble est actuellement affectée par une psychose de peur due principalement au spectre de récession qui plane sur les principaux partenaires commerciaux de la zone Euro et des Etats-Unis. Telle est la conclusion que viennent de tirer les experts de la direction générale de la politique monétaire et des opérations bancaires, qui relèvent dans le même ordre d’idées que les causes endogènes de cette évolution défavorable, tiennent au contexte socio-politique post-électoral.

A leur avis, c’est ce qui justifie le ralentissement spontané de l’activité économique observé en décembre 2011 et qui s’est traduit par la détérioration significative de la confiance des chefs d’entreprises congolais participant au sondage d’opinions de l’Institut d’émission.
A la BCC, on a enregistré un solde global brut d’opinions situé à  – 27 % contre 5,7 % en novembre dernier.
Selon la Direction générale de la politique monétaire et des opérations bancaires, les entrepreneurs congolais ont affiché de façon globale, et pour la toute première fois au cours de l’année passée, un pessimisme notable au mois de décembre 2011.
Ce sentiment d’inquiétude a été exprimé parce que la conjoncture de l’économie de la RDC, est moins favorable et présente à court terme des perspectives incertaines. Les résultats ainsi obtenus par les experts de l’Institut d’émission reflètent la prédominance des opinions défavorables de l’ordre de 81,6 % contre 18,4 % des opinions favorables sur l’ensemble de l’échantillon.
Mais comment cette attitude des chefs d’entreprises congolais a-t-elle été perçue dans les services techniques spécialisés de la Banque centrale du Congo ?

Dans le secteur des mines, les entrepreneurs toujours confiants

Ils sont nombreux, les opérateurs miniers qui continuent à faire confiance à leur secteur d’activités, au regard de la hausse des cours des matières premières qui profite à leurs principales exportations. Affiché depuis plus d’une année, leur optimisme demeure encore positif, malgré un net repli enregistré en décembre. Au cours de cette période, l’opinion des entrepreneurs miniers a reculé significativement pour s’établir à 3 % contre 31,3 % en novembre 2011.
Dans le secteur des industries manufacturières, c’est presque le même constat du sentiment de pessimisme. En effet, alors qu’ils étaient enthousiastes et optimistes quand dans leur secteur, et au mois de septembre, l’offre était absorbée par la demande, les chefs d’entreprises manifestent une opinion défavorable.
Au cours de la période sous revue, le solde brut d’opinions, notent les experts de l’Institut d’émission, a nettement fléchi pour tomber en dessous de zéro à – 15,9 %, après avoir atteint 15,4 % un mois auparavant.
L’analyse des tendances économiques indique que les mêmes craintes et incertitudes se lisaient également dans le secteur des services qui connaît un ralentissement notoire. Pourtant favorables quant à l’évolution positive de la conjoncture au cours de deux mois précédents, les chefs d’entreprises de ce secteur ont affiché eux aussi un pessimisme outré en décembre.
A en croire l’étude effectuée par la Direction générale de la politique et des opérations bancaires, leur confiance s’est davantage détériorée en décembre où l’on a noté un solde d’opinions de – 66,7 % en décembre, alors qu’il s’est situé à 18,2 % un mois plus tôt.

Dans ce panorama de la situation économique, le secteur de la construction a enregistré une baisse sensible des commandes. Raison fondamentale : les entrepreneurs poursuivent les travaux de construction démarrés il y a quelques années. On n’a pas enregistré de nouveaux investissements pouvant booster ce secteur. Cette situation n’enchante guère les chefs d’entreprises qui tiennent à honorer les premières commandes. Aussi sont-ils restés pessimistes depuis octobre jusqu’en ce mois de décembre. Leur opinion qui se situait à – 53,9 % a curieusement remonté pour atteindre la barre de – 22,6 %.
Dans le souci de réaliser un sondage plus large, le directeur général en charge de la politique monétaire et des opérations bancaires, Jean Louis Kayembe wa Kayembe, réitère son souhait de voir les entrepreneurs opérant en RDC, de principaux secteurs dans les l’activité économique, adhérer à ce grand projet d’élaboration du baromètre de conjoncture de l’économie congolaise, en participant à la collecte des données économiques enregistrées chaque mois.

J.R.T.      

LEAVE A REPLY

*