Les Ong qui soutiennent la CPI en congrès national

0
35

La Coalition nationale pour la Cour pénale internationale (CN-CPI) tient son deuxième congrès national ce samedi à Theresianum, à Kinshasa.

Le coordonnateur national sortant, Christian Hemedi a donné l’information au Phare au cours d’un entretien sur les perspectives de ce regroupement d’Ong qui soutiennent l’action de la Cour pénale internationale.

Cette rencontre de portée nationale – puisqu’elle réunit les délégués de provinces – permettra d’élire une nouvelle coordination nationale après le premier congrès tenu en 2005. Une série de réunions préparatoires ont précédé cette grand’messe qui devra doter la Coalition, outre d’une coordination, de nouveaux membres du Conseil d’Administration et de nouveaux animateurs de points focaux.

Coalition en deux mots

Il revient que la Coalition –considérée comme une structure de concertation et de définition des stratégies en vue de créer une synergie d’actions en faveur de la CPI – s’assigne une série de missions : mener un plaidoyer auprès des autorités et institutions nationales pour l’adoption des lois et des dispositions règlementaires qui facilitent les activités de la CPI au pays ; contribuer au renforcement du système judiciaire national en vue de réprimer les crimes relevant de la compétence de la CPI commis en RDC, promouvoir la connaissance et la compréhension de la CPI et la ratification universelle de son acte fondateur (Statut de Rome) et œuvrer pour l’établissement d’une CPI juste, efficace et indépendante.

« Dans ses objectifs, la Coalition devra aussi mobiliser les ressources diverses aux fins d’appuyer les Ong et autres acteurs de la société civile dans l’assistance judiciaire, sociale et psychologique aux victimes des crimes de la compétence de la CPI et faciliter les échanges d’informations et renforcer la solidarité entre membres de la coalition nationale », a, en outre, ajouté Hemedi. 

L’agenda du congrès prévoit l’adoption des amendements des statuts, la lecture du rapport d’activités de la Coalition sur la gestion antérieure, l’examen du plan d’action à venir, les élections – considérées comme un enjeu majeur -, la constitution de la commission électorale suivie de l’adoption des résolutions et recommandations du Congrès.

Le déroulement pourrait avoir lieu en présence des représentants des ministères de la Justice ; des Affaires étrangères et d’un autre de la représentation de la CPI à Kinshasa.

                     D-I.K   

 

LEAVE A REPLY

*