Les mensonges et l’escroquerie de dame Rita Vendone, agent à l’ambassade d’Italie

0
102

J’ai découvert dans la livraison de votre journal de ce 26 courant les propos de Dame Rita VENDONE, lesquels font état de ma personne dans une litanie de jérémiades truffées de mensonges.

 Loin de la réalité vraie, les faits relatés dans son écrit sont tout simplement imaginaires. Et pour causes :

1. De prime abord, Dame Rita doit savoir que la recherche d’une légitime réparation du préjudice que je continue à subir des suites de son comportement criminel ne peut ternir l’image de mon pays vis-à-vis des autres Etats dont les lois pénales ont servi d’inspiration au législateur congolais.

2. Elle déclare sans en faire la preuve que les adresses fournies par moi sont fausses tout en ignorant la loi qui m’autorise d’avoir autant de résidences que je peux le désirer tout en demeurant astreint à n’avoir qu’un seul domicile.

3. Elle sait en honnête femme que je suis victime de son escroquerie éhontée depuis novembre 2013. Réclamer le retour de mes 8.000$US dans mon patrimoine appauvri et la restitution du passeport de mon fils et du mien par voie de droit ne peut être considéré comme une dénonciation calomnieuse.

4. J’ai fait appel d’une décision qui ne m’a jamais été notifiée ; les rudiments de droit que je possède me fondent d’affirmer que je n’étais pas forclose dans mon appel.

5. Et c’est ici l’occasion de dénoncer les manœuvres frauduleuses de Dame Rita VENDONE qui n’a pas soumis aux débats ni versé au dossier les pièces à conviction de sa prétendue innocence, pièces du reste brandies furtivement lors d’une des audiences.

6. Partant, mon appel est amplement fondé parce qu’interjeté contre une décision me contraignant de plaider sans armes égales avec une adversaire qui se plait à tricher avec la loi.

7. Et pour son information, je fais savoir à Dame VENDONE que je sais à présent qu’elle excelle dans la récidive en ce qu’elle en est à plus d’une plainte dirigée contre elle pour escroquerie : elle ne peut faire semblant d’oublier qu’elle fut incriminée pour des faits similaires à la cause qui m’oppose à elle. En effet, je tiens d’un plaignant qu’en complicité avec un quidam, lequel plaignant affirme  qu’il avait en son temps saisi l’Ambassade d’Italie, laquelle connaît parfaitement les faits au point de la  retirer du Service-Visa jusqu’à ce  jour.

8. Et le dernier mensonge à dénoncer : je prie tous les lecteurs de l’article de Dame VENDONE de se rendre au greffe pénal du Tribunal de Grande Instance de Matete pour être informés sur l’état de la procédure : celle-ci renseigne que  l’affaire n’est pas fixée au rôle du 29 mai 2014.

Kinshasa, le 28 Mai 2014

NGOY KUMWIMBA Dady

LEAVE A REPLY

*