Les matches V.Club-Elima et Lupopo-Mazembe reportés sine die

0
51

         Repoussés à ce mardi, le match entre l’AS V.Club de Kinshasa et le TC Elima de Matadi, prévu au stade des Martyrs, ainsi que le derby lushois entre le FC Saint Eloi Lupopo et le TP Mazembe, tenant du titre, programmé au stade de la Kenya, pour le compte de la 6ème et dernière journée du tour final du 15ème championnat de la Ligue nationale de football (LINAFOOT), sont renvoyés sine die. Initialement ; ils auraient dû se jouer dimanche dernier.
 
            De source officielle, on a appris lundi que cela a été décidé pour des raisons d’ordre sécuritaire qui ne seraient pas réunies, particulièrement au niveau de Kinshasa où des violences avaient éclaté, vendredi, dans les installations du stade des Martyrs, lors de la séance d’entraînement de l’AS V.Club. Suite à la rumeur ayant fait état de l’homologation, par le comité de gestion de la LINAFOOT, réuni en ce moment-là dans ses bureaux, dans la Commune de Gombe, du résultat, 1-1, du match qui avait opposé le TP Mazembe à l’AS V.Club, le dimanche 26 septembre dernier, au stade de la Kenya, dans le cadre de la 4ème journée qui marquait le démarrage de la manche retour du tour final de la même compétition, les supporters vert et noir, très montés, avaient arraché des sièges, renversé des grillages, détruit une vitre du cabinet ministériel, etc. Une véritable atmosphère d’émeute avait régné. Les iconoclastes projetaient de prendre des bus pour aller directement demander des comptes aux bonzes de cette entité sportive, soupçonnés de vouloir appliquer l’article 80 en lieu et place du 44 qui prévoit « la soustraction de 3 points supplémentaires sur ceux déjà acquis, un forfait à l’équipe fautive pour le match concerné, la réparation des préjudices corporels et matériels causés, les poursuites judiciaires des agresseurs, une amende de 250 dollars US» après avoir pourtant suspendu le résultat, comme l’indique réellement l’entame de cette disposition du Code disciplinaire de la FECOFA (Fédération congolaise de football association).
Samedi, à l’Hôtel de Ville de Kinshasa, le vice-gouverneur, Clément Bafiba, avait convoqué une réunion de sécurité urgente en ayant autour de lui, le ministre provincial des Sports, l’inspecteur provincial de la Police nationale, Jean de Dieu Oleko, des membres de l’ANR, les délégués de la LINAFOOT – les deux correspondants officiels ayant brillé par leur absence- et des représentants de l’AS V.Club. Il s’était agi des troubles de la veille qui auraient pu faire tache d’huile. La décision était tombée de reporter les deux rencontres à ce mardi. Quasiment les mêmes personnalités s’étaient retrouvées hier, au même endroit, sur la forte tension qui règne dans la ville. Cela a conduit à une visite du numéro deux de la ville, son titulaire étant absent en raison de sa participation au Sommet de la Francophonie à Montreux, en Suisse, auprès du ministre de la Jeunesse et des Sports, Claude Nyamugabo, au stade des Martyrs. Rien n’a filtré de leur entretien. Les conditions sécuritaires n’autorisant toujours pas une bonne organisation de ces rencontres, la LINAFOOT les a de nouveau reportées.
            Rappel des faits. Le 26 septembre, dès qu’avait retenti le dernier coup de sifflet de l’arbitre Didier Mvibudulu de Boma, une chasse aux officiels et des joueurs de l’AS V.Club avait été opérée par les supporters du TP Mazembe. Avec l’intention de nuire, ils avaient lapidé, en face à face, les acteurs véclubiens, dans leur abri. Les agents de l’ordre, munis des boucliers, s’étaient montrés incapables d’enrayer la barbarie. Le désordre s’étant généralisé, des spectateurs avaient été touchés. Un homme d’une trentaine d’années avait trouvé la mort, selon un rapport de la police provinciale du Katanga. Le bus transportant la délégation de l’équipe visiteuse avait été brûlé dans les installations sportives. La baie vitrée de la presse audio-visuelle brisée, des journalistes avaient été molestés dont les consœurs de Mwangaza Télévision, Mimi Fayil et Lilas Nyota Onema, dénudées, après qu’on leur avait arraché leurs portables avec caméras. L’Association des journalistes sportifs du Congo (AJSC), section Katanga, avait décrété un embargo de trois mois sur toutes les activités du TP Mazembe, demandé la suspension du confrère chargé de la Communication du TP Mazembe pour incitation de la population à la haine avant la rencontre, projeté d’organiser une marche de protestation suite aux sévices physiques subis par ses membres et réclamé réparation, en particulier, pour le traitement dégradant dont avaient été victimes les deux consœurs: Intimidée, elle n’a pas pu traduire entièrement en actes ses desseins.
 
SIKI NTETANI MBEMBA

LEAVE A REPLY

*