Les lauréats du Prix Tshimpumpu à la Primature : Matata pas d’accord avec « chance eloko pamba…»

0
76

matata-mponyoComme promis le samedi 03 mai 2014 au Salon Congo du Grand Hôtel Kinshasa, le Premier ministre Matata Ponyo a reçu à déjeuner à la Primature, hier mercredi 07 mai 2014 à la mi-journée, les lauréats du « Prix de la liberté de presse Lucien Tshimpumpu ». C’était en présence du ministre des Médias, Chargé des Relations avec le Parlement et de l’Initiation à la Nouvelle Citoyenneté, Lambert Mende Omalanga, du président du CSAC (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel de la Communication), l’abbé Jean Bosco Bahala, du Secrétaire général de l’UNPC (Union Nationale de la Presse du Congo), Boucar Kasonga Tshilunde, du Vice-Président de l’Omec (Observatoire des Médias Congolais) Jean-Robert Efalema et du Rapporteur du jury du prix susévoqué, le professeur Philippe Ntonda.

 Intervenant en liminaire, le ministre Lambert Mende a exprimé sa reconnaissance ainsi que celle de la corporation journalistique à l’égard du Premier ministre pour avoir accepté de parrainer ce concours visant l’excellence et dégagé des moyens conséquents pour son organisation. Ce geste, a-t-il indiqué, se voulait une marque de respect mais aussi de la reconnaissance, par le gouvernement, de l’utilité des médias et de leur travail dans la recherche de l’émergence du pays.

«La famille des performances, de l’excellence… »

Prenant la parole à son tour, le Premier ministre Matata a lancé, tout de go, un message fort selon lequel les 15 nominés du « Prix Lucien Tshimpumpu » venaient d’intégrer une grande famille qui l’a toujours tenu à cœur, à savoir «  la famille des performances, de l’excellence… », une « famille universelle », tournée vers le progrès. A cet effet, il a invité les nouveaux « affiliés » à intérioriser le goût de l’effort, du sacrifice, de la différence. Il leur a fait savoir qu’il est souvent facile de monter, mais difficile de se maintenir.

Partisan de la réussite par le travail, l’effort, la rigueur… le chef du gouvernement a fustigé l’expression populaire fort répandue en RDC et déclinée en lingala sous les termes « chance eloko pamba ». Dans la « famille de l’excellence », a-t-il tranché, il n’y a pas de place pour la « chance », le hasard, sinon tous les Congolais seraient logés à la même enseigne. Il a tenu par là, à condamner les adeptes de la facilité, de la tricherie, à tous les niveaux.

S’adressant particulièrement aux lauréats du Prix Tshimpumpu, il leur a recommandé de redoubler d’effort, afin de se montrer à la hauteur de leur distinction, car désormais, le public va les juger avec plus de sévérité, de rigueur. Il les a priés de faire en sorte que la flamme de l’excellence déjà allumée ne s’éteigne pas. Dans son esprit, chacun de nos compatriotes devrait adhérer à l’école de l’excellence, de la différence, ce qui rejoint du reste la vision du Chef de l’Etat, Joseph Kabila, qui tient à ce que la RDC devienne le pays de la différence, de l’émergence, du progrès. La quête permanente de l’excellence, a-t-il souligné, devrait constituer le signe fondamental du déjeuner offert aux 15 nominés du « Prix Lucien Tshimpumpu ».

La presse congolaise, selon son entendement, devrait participer à l’éclosion de l’économie nationale, car là où l’économie marche, la presse est prospère, les journalistes riches, au point d’être assimilés aux stars. Aussi en a-t-il appelé au relais responsable, par les médias congolais, des actions du gouvernement et du Chef de l’Etat dans les domaines de la sécurité (victoires militaires à l’Est), du social, de la modernisation des infrastructures de base, de la stabilisation de l’économie, des investissements… bref de la renaissance du grand Congo comme Etat et Nation. Les Congolais devraient, à son avis, travailler sans compter pour le progrès de la RDC, car ils n’ont pas une autre patrie.

100.000 Usd pour le Congrès de l’UNPC

En réponse à la requête du Secrétaire général de l’UNPC, Boucar Kasonga, qui a plaidé pour la pérennité du « Prix Lucien Tshimpumpu » mais aussi sollicité l’appui financier du gouvernement en vue de la tenue du Congrès de cette organisation, le Premier ministre Matata a promis une participation des pouvoirs publics à hauteur de 100.000 dollars en vue de permettre aux journalistes de la République de réfléchir autour de leur profession.

Luc  Mikomo de CongoWeb Tv et Marcel Ngoy, Editeur de «La Prospérité» intervenant dans une sorte de tribune libre, ont relevé que la presse était reconnaissante à l’égard du gouvernement pour le geste posé en faveur des nominés du Prix Lucien Tshimpumpu, mais que le Premier ministre ne devrait pas se cantonner dans la défensive face au travail de la presse, car le relais correct des actions gouvernementales exige que la Primature puisse communiquer suffisamment.

Sœur Annie Dzama de la Radio Télévision Catholique Elikya a découvert en Matata, un adepte de feu le Cardinal Malula, chaud partisan du concept de l’excellence, ce leitmotiv incontournable pour faire avancer le pays. Quant à l’abbé Jean Bosco Bahala, président du CSAC, il s’est réjoui de ce qu’il a qualifié de moment de communion interinstitutionnelle, dont Matata Ponyo s’impose comme le catalyseur, autour du concept de l’excellence.

Au bout du compte, il a été constaté que le message de la culture de l’excellence a été capté 5 sur 5. Les hommes et femmes des médias présents à la Primature ont pris l’engagement de se surpasser, afin de casser la « culture de la loterie ».

Kimp

LEAVE A REPLY

*