Les jeunes du MLC engagés dans un nouveau leadership

0
66

En marge de la journée de l’enfant africain, le Mouvement de Libération du Congo(MLC) a organisé une matinée politique à l’intention des jeunes hier mercredi 16 juin 2010 au siège Interfédéral du parti, situé sur l’avenue de l’Enseignement à Kasa-Vubu. Au cœur du meeting animé par la sénatrice Eve Bazaïba Masudi le « renforcement du leadership des jeunes du MLC ». Cérémonie ponctuée des chaudes animations en l’honneur du président national, Jean-Pierre Bemba, elle a été marquée par la présence de quelques cadres du parti, notamment la sénatrice Nkoy Mafuta, le député national Kabongo Ngoy Eugène, le président du parlement des jeunes, Papy Bangonda, etc. 

D’entrée de jeu, la sénatrice a rappelé le contexte de cette célébration décidée par l’Union Africaine depuis 1991 pour commémorer le massacre de Soweto intervenu en 1976 lorsque des jeunes de townships réclamaient leurs droits civiques et politiques. « Si les jeunes de moins de 18 ans ont élevé la voix pour réclamer leurs droits, pourquoi les jeunes congolais d’aujourd’hui doivent être si passifs ? » s’est interrogé Eve Bazaïba. Donnant la définition d’un « jeune » en politique, elle a souligné que cette jeunesse commence à 18 ans lorsqu’on acquiert la capacité juridique de poser des actes politiques tels que voter et atteint son point culminant à 25 ans lorsqu’on devient soi-même éligible. Raison pour laquelle, conclut la sénatrice, le MLC compte beaucoup sur cette tranche d’âge qui fait tournée la machine du parti. « A partir d’aujourd’hui 16 juin, prenez donc l’engagement de prouver au Président national, au Secrétaire général et à son adjoint que sans la jeunesse le MLC ne peut nullement avancer ! Prouvez-le à travers le militantisme, l’engagement, le volontarisme, le bénévolat, le désintéressement et la marche vers la conquête démocratique du pouvoir ! » a-t-elle lancé aux jeunes. Ceux-ci ont répondu positivement à l’appel en renouvelant illico presto leur foi aux idéaux du parti.

Cinquantenaire de la RDC : un gâchis 

Faisant par ailleurs un état de lieux de cinquante ans de l’existence de notre pays, le cadre du MLC conclut à un triste et lamentable bilan. A titre exemplatif, en 1960 un enseignant était appelé « évolué » et sa famille vivait dignement, tandis qu’aujourd’hui il est la risée de la société et incapable de s’acheter tout bien de grande valeur tel qu’une maison. « Pourquoi devrions-nous fêter un bilan négatif avec des défilés grandioses au lieu de s’arrêter humblement et d’évaluer la marche du pays. Faisons plutôt un inventaire pour connaitre les erreurs du parcours et acquérir une nouvelle expérience… » 

Concernant les 5 chantiers tant claironnés, Eve Bazaïba dénonce une tricherie dans son volet « Infrastructures », car les décideurs ne font que « réhabiliter » alors qu’ils avaient promis de « construire » ! Quant aux autres chantiers «Emploi », « Education », « Santé », « Eau et Electricité », elle conclut à une visibilité et des résultats nuls en dehors des promesses.

Pour conclure, ce cadre du MLC pressent un mauvais augure pour les festivités du Cinquantenaire dès lors que le logo retenu a choisi de placer la carte du pays dans le chiffre « 0 », alors que c’est le 29 juin prochain les Institutions de Bretton Wood vont trancher sur le sort du pays dans l’atteinte de l’Initiative PPTE…

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*