Les institutions du secteur minier s’auto-évaluent

0
34

minierC’est depuis hier jeudi 29 août 2013 que s’est ouvert, à l’hôtel Venus de la Gombe, le pré-atelier sur l’audit du cadre institutionnel et organisationnel du secteur minier. Organisé par le projet PROMINES, il s’agit, selon les animateurs de cette session, de réaliser un état des lieux des attributions, des compétences et des ressources de chaque institution intervenant dans le secteur minier, et de proposer des solutions concrètes en vue d’améliorer leur efficacité, leur transparence, et leur pérennité. Y prennent part, jusqu’au 31 août 2013, les délégués des organismes clés de ce secteur dont CAMI, SAESSCAM, CEEC, CRGM, etc.

 En effet, au cours de cette cérémonie solennellement présidée par le secrétaire général aux Mines, Augustin Kasanda Ngoy, ce dernier a, dans son commentaire d’orientation, vivement invité les participants à travailler sans passion et à éviter des discussions inutiles car «cette tribune n’est pas un prétoire». Pour lui, la prise de conscience d’un problème étant un début de solution, il n’est pas du tout question pour les intervenants de se trouver dans une position défensive. Il les exhorte tous à partir des observations des lacunes qui écument leur secteur, pour les améliorer. « Ce n’est pas un forum pour soutenir les individus ou des structures, ni défendre des services ou des postes, mais pour réfléchir sereinement sur les moyens d’améliorer l’intérêt général. Travailler donc avec beaucoup de minutie ! » a-t-il encouragé.

Pour sa part, le coordonateur national de Promines, Paul Mabolia Yenga, a souligné que les travaux de ce pré-atelier visent à produire le plan d’actions pour la mise en œuvre des recommandations formulées à l’issue d’un audit récemment réalisé le cabinet PriceWatrhouseCoopers.

Ainsi, aux termes de ces travaux, les parties prenantes (gouvernement, les partenaires techniques et financiers, ainsi que la Société civile) devront, d’abord, disposer des informations sur les forces et les faiblesses décelées dans la gestion du secteur minier. Ensuite, des informations sur les stratégies techniques et organisationnelles arrêtées pour orienter les efforts vers la croissance du secteur minier. Et enfin, des connaissances permettant de contribuer à l’amélioration du plan d’actions pour la gestion efficace du secteur, engageant le gouvernement congolais et ses différentes partenaires techniques et financiers.

Il convient de noter que le rapport final de l’audit du cadre institutionnel et organisationnel ainsi que le plan d’actions, seront validés en atelier, en présence de toutes les parties prenantes, en début septembre.

Pour rappel, le projet Promines, développé avec le financement de la Banque Mondiale et du DFID (la Coopération britannique), vise principalement : l’amélioration de la gouvernance du secteur minier et l’augmentation de sa contribution à la croissance économique et au développement durable au niveau national, provincial et local.                  Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*