Les industries manufacturières affichent une bonne croissance

0
37

Les industries manufacturières constituent le seul secteur de l’économie nationale qui affiche une bonne santé avec un solde brut d’opinions favorables des chefs d’entreprises, remonté à +25,7% au mois d’août 2013. Soit une hausse de 10% par rapport au solde d’opinions des chefs d’entreprises du mois juillet qui s’était établi à 15,8%.

Les autres secteurs de l’économie marquent un repli, comme l’indique la courbe synthétique brute globale de l’indicateur de confiance des chefs d’entreprises.

Selon le baromètre d’août 2013 tel qu’établi par la Direction Générale de la Politique Monétaire et des Opérations Bancaires (DG-PMOB) qui en est l’auteur, la situation par secteur se présente de la manière suivante :

1. Secteur des industries manufacturières : la confiance des chefs d’entreprises se réconforte davantage avec un solde brut d’opinions favorables qui est remonté à +25,7% en août, alors qu’un mois avant, le solde s’était établi à 15,8%. La DG-PMOB indique, à ce sujet, que l’augmentation résulte d’une bonne appréciation des carnets de commandes et des prévisions des ventes favorables constatées principalement dans les industries alimentaires, chimiques et de l’habillement. Pour l’industrie de l’habillement, on note que la rentrée scolaire a joué un grand rôle dans cette hausse.

2. Secteur des industries extractives : ici on relève un léger repli par rapport au mois de juillet 2013. Le solde brut d’opinions est descendu à +16,4% au mois d’août, alors qu’en juillet il était établi à +18,8%. Ce fléchissement de l’indicateur de confiance des chefs d’entreprises résulterait principalement de la forte volatilité des cours des produits miniers sur les marchés mondiaux, lot-on dans le communiqué de presse de la BCC.

3. Le secteur de la construction : la courbe de la conjoncture accuse des signes d’atonie relative reflétée par un solde brut d’opinions pondérées en recul. Il est passé de +16,2% en juillet à +12,0% en août. La situation s’explique, souligne la BCC, par le ralentissement des travaux sur la plupart des chantiers de gros ouvrages publics. Mais, elle reste toutefois contrebalancée par le dynamisme de l’activité des bâtiments résidentiels privés.

4. Secteur des services : il reste dominé par des indices d’affaiblissement graduel de l’optimisme des entrepreneurs à travers notamment le recul du solde brut d’opinions pondérées. Le solde est passé tour à tour de +3,9% en juin, à +2,7% en juillet, avant de se replier à +1,7% au cours du mois d’août sous revue. « Ce maintien de la confiance en la conjoncture à un niveau jugé bas par les entrepreneurs résulterait du comportement moins rassurant de la demande des services et de l’évolution des prix pratiqués sur les marchés intérieurs, lesquels seraient contraires aux prévisions arrêtées initialement à cette même période de l’année en cours ».

            Par ailleurs, la BCC promet de poursuivre les simulations de lissage de la série du solde d’opinions des chefs d’entreprises par l’utilisation de différentes méthodes statistiques recommandées. Elle s’attend, à cet effet, à publier prochainement la série lissée dont la tendance devrait être suffisamment proche des indicateurs de conjoncture à l’instar de PIB et l’indice d’activité.

Dom

LEAVE A REPLY

*