Les handicapés dénoncent les Interférences

0
56

La désignation  en date du 17 mai 2013 des Me Irène  Esambo et Zubi comme délégués  à la CNDH  pour le compte des  handicapés par une vingtaine d’acteurs sociaux  ne fait pas l’unanimité.  Cette  réunion électorale a eu lieu dans les locaux de Handicap International et  était supervisée par le comité d’accompagnement à la CNDH et le ministère de tutelle par le biais du conseiller Muteba. Une fois, les délégués désignés,  il reste l’étape  du dépôt des noms  au bureau de l’Assemblée Nationale. 

            Le coordonnateur national de la Fédération nationale des associations des handicapés « Fenaphaco »  en RDC  est monté au créneau lundi 20 mai 2013  pour dénoncer, selon lui, les interférences du ministère de tutelle et de Handicap International/ RDC dans la désignation des membres potentiels de la CNDH. Présent dans la salle, Me Patrick Pindu soutient avoir été  boycotté le scrutin au motif qu’il était  entaché d’irrégularités.

            A la faveur de la conférence de presse de lundi au siège de la Fenaphaco, il  est revenu   sur les raisons  de son désistement.

Retraçant le film des événements, il a fait savoir que lui et ses pairs de la coordination  avaient été reçus par le ministre des Affaires Sociales le mercredi 15 mai 2013. Le ministre Charles Nawej avait fait observer à ses hôtes qu’il était temps   pour  la Fenaphaco et la Fecopeha de constituer  une seule plateforme.  L’union tant souhaitée allait faire avancer le problème de la désignation du délégué des handicapés à la future  CNDH’, avait souligné le ministre.

             Pindu a précisé avoir reçu le lendemain  tard la nuit un texto du conseiller du ministre des Affaires Sociales chargé des personnes avec handicap  lui demandant d’assister à une rencontre qui allait avoir lieu dans les locaux de Handicap International le vendredi 17 mai 2013.

 Diktat

            Muteba wa Beya n’avait pas mentionné l’ordre du jour de la réunion, a-t-il indiqué. Et le coordonnateur de la Fenaphaco d’ajouter qu’il a reçu un message analogue le vendredi 17 mai 2013. Il a rejoint ses deux émissaires au lieu de la réunion  en début d’après-midi. Et arrivé sur les lieux, il a trouvé que le décor était planté pour la désignation des délégués des handicapés à la CNDH.

Estimant avoir été pris à pied levé et craignant un coup fourré, il a jugé bon de ne pas prendre part au vote, a-t-il déclaré.

            Textes sur la CNDH en mains, Pindu a fait remarquer aux médias que les délégués sont désignés librement par leurs pairs, sans aucune interférence des décideurs politiques ou des structures internationales.

            Très remonté contre Handicap International qui selon lui impose son diktat au ministère de tutelle, l’orateur du  jour s’est interrogé à haute voix si les organisateurs de la tricherie ont  tenu compte des prétentions des « provinciaux ».

Les  délégués des associations membres du Fenaphaco ont au cours de leur assemblée générale, confirmé leur choix sur Pindu comme leur délégué à la CNDH.

 Les  handicapés disposent du quota d’une personne à la CNDH.

Jean- Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*