Les fonctionnaires « bancarisés » à 73% 

0
43

bancarisationLe ministre d’Etat et ministre du Budget, Michel Bongongo, était hier mercredi 10 juin 2015 devant la plénière de l’Assemblée nationale, pour répondre à la question orale avec débat du député Fabien Mutomb, portant sur l’état d’avancement du processus de bancarisation de la paie des fonctionnaires de l’Etat à la fin décembre 2014.

Dans sa réponse, Michel Bongongo a fait état d’un taux de bancarisation de 73,9%  des fonctionnaires de l’Etat sur l’ensemble de la RDC à la fin  du mois de décembre 2014.

Le patron du Budget a souligné que certains agents et fonctionnaires sont payés soit par Caritas, soit par les ordonnateurs délégués et représentent 26,1%.

 Concernant la question du député Fabien Mutomb relative au cadre de coopération actualisé entre le gouvernement et l’Association congolaise des banques, le ministre d’Etat en charge du Budget a révelé qu’un protocole entre le gouvernement et ladite Association sera signé et transmis à l’Assemblée nationale incessamment.

            Il  a indiqué que 18 milliards de FC ont été récupérés comme reliquat depuis le lancement de la bancarisation. Michel Bongongo a fait état d’avancées significatives de 2012 à 2015, tout en reconnaissant que les efforts doivent se poursuivre pour une bancarisation effective sur l’ensemble du territoire national.

            Ouvrant le débat, l’auteur de la question orale a relevé que le retard pris pour rendre effective la bancarisation relève de la mauvaise gouvernance tant décriée.

            Les autres députés ont saisi l’occasion pour soumettre au ministre d’Etat en charge du Budget les doléances de leurs électeurs concernant la bancarisation. Jean-Claude Vuemba a plaidé pour les enseignants de sa circonscription de Kasangulu, qui font un parcours de combattant pour toucher leurs soldes. Suite à l’absence des banques dans leur territoire, ils doivent faire le déplacement de Kinshasa pendant 48 heures pour entrer en possession de leurs salaires. Il a déploré le fait que cette situation perturbe fortement le calendrier scolaire.

            Zacharie Bababaswe a dénoncé la retenue de 3.800 FC sur l’enveloppe de chaque fonctionnaire au titre des frais bancaires. Cet élu de Kinshasa a recommandé au gouvernement d’imposer un taux acceptable aux banques pour soulager la misère du fonctionnaire congolais qui souffre déjà de la modicité de son salaire.

            Emery Okundji est revenu sur la situation des médecins de Budjala, dans la province de l’Equateur, impayés depuis des années alors qu’ils sont mécanisés. Il a également signalé les souffrances endurées par les fonctionnaires de Lubefu, sa circonscription électorale, obligés de parcourir de longues distances pour percevoir leurs salaires.

            Le professeur Nsaman a estimé que le gouvernement devrait être encouragé dans ses efforts de bancarisation. Ce député du Palu a fait remarquer que toute innovation ou réforme connait des résistances, mais le plus important est la détermination du gouvernement à moderniser la paie.

            Le ministre d’Etat et ministre du Budget a sollicité un délai de 48 heures pour revenir répondre aux préoccupations des députés.

ERIC WEMBA