Les FAC étaient hier à la Gare centrale

0
44

IMG_2328Après leur sit-in à la place Victoire le lundi 10 juin, les Forces Acquises au Changement, qui réclament le dialogue national en se basant sur la résolution 2098 des Nations Unies, ont poursuivi leur campagne de sensibilisation hier mardi 18 juin à la Gare Centrale. Elle exigent un dialogue sous l’égide de la communauté internationale, avec la facilitation du représentant du Secrétaire général de l’ONU, l’actuel chef de la MONUSCO.

Le principal organisateur de cette campagne, Martin Fayulu, a déclaré que le dialogue national reste l’unique remède pour résoudre la crise de légitimité née des élections très controversées du 28 novembre 2011, mettre fin aux guerres interminables à l’Est de la RDC, normaliser des relations avec les voisins, arrêter les pillages des ressources naturelles de la RDC et la mauvaise gouvernance Tout en dénonçant le retour de l’Abbé Malumalu à la tête de la CENI dans le but de planifier la tricherie, le coordonateur des FAC a estimé que la nouvelle CENI, pour la crédibilisation du processus électorale, devait sortir du dialogue national.

Fayulu pense que la présence de 3000 hommes de la brigade d’intervention, bien que salutaire, ne pourra pas résoudre de façon durable la crise congolaise. Il faut hausser le ton pour réclamer la fin des pourparlers de Kampala qui constitue selon lui un complot pour la balkanisation de la RDC planifié par Kagamé et Museveni, qui profitent de la crise de leadership au sommet de l’Etat en RDC.

Concernant les pillages des ressources naturelles de la RDC qui s’organisent à grande échelle, cet élu de Kinshasa a demandé aux Rwandais de cesser d’exploiter illégalement les minerais congolais, particulièrement le coltan.

Pour lui, les congolais doivent s’approprier tous les sites pétroliers et carrés miniers de leur territoire exploités illicitement par les pays voisins, en collusion avec la maffia internationale avec la bénédiction des gouvernants congolais au détriment de la population qui continue à croupir dans la misère dans un pays scandaleusement riche.

Satisfait du succès de sa campagne, Fayulu a rappelé que le rôle d’une formation politique est de sensibiliser, d’informer et de former la population sur les enjeux et les dangers qui menacent la survie de la Nation.

Toutefois, il a précisé que sa plate forme qui est un regroupement des républicains, a choisi la non violence comme moyen de lutte et n’envisage pas de prendre les armes.

ERIC WEMBA

LEAVE A REPLY

*