Les « FAC » en campagne pour l’enrôlement de tous les électeurs

0
46

martin-fayulu-washingtonLes « Forces Acquises au Changement »  viennent de lancer une campagne de sensibilisation de la population sur l’importance et l’urgence de l’enrôlement de tous les électeurs. Martin Fayulu, le Coordonateur de cette plateforme de l’Opposition, a donné le go hier mercredi 15 juillet 2015 au  siège de l’ECIDé, sur l’avenue de l’Enseignement, dans la commune de Kasa-Vubu. Cette campagne vise la constitution d’un nouveau fichier électoral avant la tenue de tous les scrutins.

A l’en croire, le gouverneur de la ville de Kinshasa  en a été informé au préalable, avec une copie au Vice-premier ministre et ministre en charge l’Intérieur. Les représentants des partis politiques membres des « FAC » ont été chargés de relayer cette campagne des provinces. Pour ce qui est de la ville de Kinshasa, des dépliants ont été distribués par Fayulu et les siens sur l’avenue de l’Enseignement.

Le Coordonnateur des « FAC » a justifié sa démarche par le fait que le fichier électoral de 2011 ne contient pas les Congolais qui sont majeurs après mars 2016, ne reprend pas les Congolais expulsés de l’étranger, ne tient pas compte des changements d’adresses de certains électeurs intervenus entre 2011 à ce jour et enfin les personnes décédées sont reprises dans  le même fichier.

« En un mot, utiliser le fichier électoral  de 2011 dans son état actuel, c’est violer la constitution », a-t-il martelé.

Fayulu qui ne doute plus de la volonté du pouvoir en place d’obtenir le glissement, a prévenu que son groupement politique n’épargnera aucun effort pour que les élections présidentielle et législatives nationales se tiennent dans le délai, c’est-à-dire le 27 novembre 2016, afin que la passation civilisée de pouvoir puisse s’opérer le 20 décembre 2016. Cet acteur de l’opposition a accusé le gouvernement de vouloir provoquer le chaos et la fragmentation du pays par l’organisation  précipitée des scrutins locaux et l’installation en même temps de nouvelles provinces, en violation de la constitution, après 9 ans de léthargie.

ERIC WEMBA