Les experts de banques centrales de la SADC en atelier à Kinshasa

0
57

 

Depuis le lundi 4 jusqu’au vendredi 8 février prochain, les experts des banques centrales des pays membres de la SADC sont en atelier à Kinshasa, avec comme sujets de réflexion, deux principaux thèmes techniques, à savoir «  Interbancarité de l’information » et «  Interopérabilité au niveau des banques centrales ».  C’est dans le cadre de la 18 ème conférence de l’I T Forum que les participants vont débattre sur les voies et moyens de développer les mécanismes, ainsi que des stratégies de communication des banques centrales, pour accroître les échanges et consolider leur coopération.

Le gouverneur de la BCC qui s’est réjoui de présider la cérémonie d’ouverture, avait rappelé que c’est lors de la 34 ème réunion du comité des gouverneurs des banques centrales, tenue en Iles Maurice, qu’a été décidé le choix de Kinshasa, comme pays membre qui va abriter les travaux de l’IT Forum. Et c’est depuis 1997 que cette organisation existe. Elle poursuit pour objectif de développer un système de communication ayant pour vocation d’améliorer l’information entre les membres de la SADC. Voilà pourquoi Jean-Claude Masangu attend beaucoup des travaux des experts, étant donné que chaque pays membre en sera le bénéficiaire direct.

Pour le directeur de l’informatique de la BCC, l’IT Forum est une organisation au niveau de la SADC, qui s’intéresse principalement à toutes les questions relatives à l’informatique  ou au système d’information. Martin Lusamba a noté à ce sujet qu’un sous-comité avait été mis en place pour permettre aux banques centrales de la SADC d’échanger les informations entre elles dans le domaine de l’informatique. L’IT Forum, a tenu à préciser le directeur de l’informatique de la BCC, est spécialisé en matière informatique et procède à l’élaboration de toutes les règles sur la bonne gouvernance dans ce domaine.

Mercredi, les experts ont abordé divers points touchant à l’interbancarité, notamment l’inclusion financière, et l’interopérabilité. Pour chaque économie, comme il faudra le reconnaître, des interrogations ont été posées pour savoir quelles seraient ses capacités à résoudre par exemple, le problème d’excès des populations rurales au système bancaire.  Dans le domaine de la bancarisation de l’économie congolaise, Martin Lusamba a fait voir que la BCC est très avancée sur le plan informatique. En effet, la BCC est en mesure d’apporter à ces populations, l’information dont elles ont besoin de manière opportune et pertinente, et en temps réel. A la BCC, on n’a pas besoin de 48 H pour voir une opération se dénouer au niveau national et international. Ici, on met les informations en ligne et à la minute même, l’opération est exécutée. Pour envoyer de l’argent, la BCC dispose en effet, d’une technologie de pointe qui lui permet d’être compétitive dans ce domaine.

Signalons qu’un certificat de reconnaissance a été attribué au Tanzanien Edouard Makuaya, membre fondateur de l’IT Forum qui vient d’être mis en retraite et que notre pays a décidé d’honorer l’expertise investie dans la réussite de cette organisation.

C’est demain vendredi qu’intervient la clôture de ce forum.

Jrt

LEAVE A REPLY

*