Les exigences occidentales

0
26

Les élections générales (urbaines, municipales, locales, présidentielles, législatives nationales et provinciales, sénatoriales, etc) annoncées pour l’année 2011 préoccupent au plus haut point les occidentaux. On apprend que l’Onu, les Usa et l’Union Européenne viennent de faire savoir aux autorités congolaises qu’il y a nécessité de leur communiquer, dans le meilleur délai, un chronogramme précis à ce sujet ainsi qu’une ventilation détaillée des coûts des opérations préélectorales et électorales.

Les Occidentaux, indique-t-on, tiennent à entrer rapidement en possession d’un calendrier précis de toutes les étapes des rendez-vous électoraux de l’année prochaine et des fonds qu’il faut mobiliser à cette fin au plan tant interne qu’externe, afin d’être sûrs de leur organisation effective. Ils ont des inquiétudes quant au respect des échéances par les gouvernants congolais en l’absence des délais clairs et contraignants. Les reports à répétition des échéances électorales dans plusieurs pays du continent les ont rendus prudents et sages. C’est ainsi que pour le cas de notre pays, ils préfèrent anticiper pour ne pas être pris de court.

A leur avis, les élections générales sont incontournables pour la paix, la stabilité et le développement de la République Démocratique du Congo.

Afin de donner un signal fort de leur participation aux frais, ils viennent d’annoncer la disponibilité immédiate d’un montant de l’ordre de 82 millions de dollars, à travers le Comité de Pilotage et d’appui au nouveau processus électoral congolais. Alan Doss, le Représentant Spécial du Secrétaire Général de l’Onu, ainsi que quelques ambassadeurs des pays de l’Ue à Kinshasa ont été mandatés pour obtenir des autorités congolaises, des garanties sur le respect des étapes en rapport avec la révision du fichier électoral, la loi sur la CENI, les fiches techniques, le montage financier. Ils attendent impatiemment la clarification requise.

                                    Jacques Kimpozo

LEAVE A REPLY

*