Les Enyele font une victime : un député provincial !

0
67

Entouré de quelques élus du peuple et des membres du directoire du Mouvement de Libération du Congo (MLC), Thomas Luhaka Losendjola, Secrétaire général ad intérim de cette formation politique, a élevé la voix hier jeudi 18 mars pour dénoncer l’arrestation de l’honorable Oscar Molambo, député provincial, élu de Kungu dans la province de l’Equateur. Membre du MLC, Oscar Molambo est aux arrêts depuis le lundi 15 mars à 10 heures du matin sur ordre des autorités civiles et militaires de la province, puis transféré à Kinshasa où il croupit dans un lieu inconnu.

Selon Thomas Luhaka, cette arrestation « arbitraire » d’un élu du peuple est intervenue en pleine session, en violation manifeste de la loi et sans tenir compte de son immunité parlementaires. «Et ce, malgré la protestation du Bureau de l’Assemblée provinciale»a-t-il clamé, avant de souligner les conditions de détention dégradantes et humiliantes dans lesquelles se trouve  Oscar Molambo dans les locaux de l’Agence Nationale de Renseignement (ANR) d’abord, puis à la 3ème Région Militaire, en toute violation flagrante de la loi.

Estimant par ailleurs que ce député provincial jouit selon la Constitution et les lois de la République, de la présomption d’innocence, le MLC a dénoncé avec véhémence la volonté du pouvoir central de le déstabiliser en cherchant à l’impliquer, d’une manière ou d’une autre, dans les événements malheureux qui se déroulent actuellement à l’Equateur. A cet effet, accuse-t-il, des acteurs politiques du pouvoir en place ont commencé déjà à citer, sans preuve à l’appui, les noms de certains députés nationaux du MLC, comme complices  insurgés. A ce sujet, le parti de Jean-Pierre Bemba condamne la gestion malencontreuse et irresponsable par les autorités locales, provinciales et nationales, d’un banal conflit local qui aurait dû être résolu à temps et à moindres frais. « Ce, malgré les nombreuses sonnettes d’alarme que nous avons tirées » a déclaré Thomas Luhaka.

Evaluation sans complaisance

Rappelant que le cas « Molambo » a été récemment précédé par l’arrestation, à Kisangani par l’ANR, du Dr Simon Ikenge, président fédéral du MLC/Province Orientale, ce parti politique demande, en vue de la préservation du pacte républicain, la libération immédiate et sans condition de l’honorable Molambo et son retour à Mbandaka. Aussi, une autre demande concerne l’évaluation sans complaisance par le gouvernement, de la gestion tant politique que militaire de ce conflit à l’Equateur au niveau local, provincial et national et en établir les véritables responsabilités sans chercher des boucs émissaires. Enfin, le MLC demande la cessation par l’actuel gouverneur de sa politique de règlement de compte et d’intimidation à l’égard de l’opposition politique provinciale qui ne  lui avait pas apporté son soutien lors des dernières élections au poste de gouverneur ou qui n’est pas d’accord avec sa gestion.

Le MLC réitère son engagement à œuvrer pour la consolidation d’un Etat de droit dans notre pays et attend, en contre partie, du pouvoir le respect de l’esprit et de la lettre de la Constitution et des lois de la République.

Tshieke Bukasa

 

LEAVE A REPLY

*