Les entrepôts EPC de Comexas Afrique cambriolés

0
129

Les principales mesures de sécurité prises par les responsables de la société Comexas Afrique pour prévenir et empêcher des cas de vol dans leurs entrepôts de Kingabwa se sont révélées en fin de compte, inefficaces. En effet, en dépit de la présence, toute la journée et toute la nuit, chacun à son poste, des sentinelles de l’entreprise et agents d’une société de gardiennage, sur  avenue de la Brasserie n° 20, quartier Kingabwa, dans la commune de Limete, tous se surveillant mutuellement, Comexas Afrique a enregistré fin décembre dernier un cambriolage spectaculaire.

On ne comprend pas comment un matin, bien que les serrures des portes des entrepôts soient fermées à double tour de clés, des inconnus ont emporté 130 sacs de lait en poudre de 25 Kg, ainsi que 57 touques de colles. Marchandises importées appartenant aux sociétés Olah Congo et les brasseries Bracongo qui n’attendaient plus que les formalités de dédouanement.
Ce constat a poussé les responsables de Comexas Afrique à porter plainte contre inconnus au service d’enquête du Bataillon de la police d’investigations criminelles.
    Les limiers de cette unité spécialisée de l’Inspection provinciale de la police sont parvenus à découvrir que les cambrioleurs s’étaient servis de fausses clés. Mais quand et comment ont-ils pu opérer sans attirer l’attention des sentinelles et les agents de la société de gardiennage Securico ?

    Pour transporter un tel butin, ils ont dû utiliser un camion de près de 7 tonnes. Si le camion était entré dans les installations de Comexas Afrique, c’est qu’il a eu accès aux entrepôts avec la complicité des sentinelles. Et pourquoi les agents de gardiennage n’ont-ils pas détecté cette opération ? Etaient-ils présents ou absents au moment du vol ?
    Lors de la série d’interrogatoires, une des sentinelles a craqué, probablement parce que le partage du butin, était mal fait. Et comme dans pareille situation, le mécontent déballe tout pour que tout le monde perde, il a fait des révélations accablantes pour l’équipe de la société de gardiennage.
    Selon cet agent de Comexas Afrique, les voleurs avaient préalablement pris contact avec les sentinelles et les gardiens de Securico. Après des négociations et la remise d’un paquet d’argent, les cambrioleurs sont arrivés une nuit, à bord d’un camion. A l’aide d’un gros trousseau de fausses clés, ils ont réussi à ouvrir les portes des entrepôts, pendant que quelques agents de gardiennage assuraient la couverture de l’opération. Butin visé : 130 sacs de lait de 25 Kg chacun et 57 touques de colle froide. Après une demi-heure de chargement, les portes des entrepôts EPC de Comexas Afrique ont été soigneusement refermées.

    C’est le matin que les préposés à la gestion des entrepôts ont découvert la disparition d’une telle quantité de marchandises. Grâce à ces révélations, les cambrioleurs et leurs complices sont tombés dans les filets de la police criminelle. Il s’agit d’Adolphe Longomo Betoko alias Anaf, chef de bande, habitant sur avenue Boende, quartier Kingabwa, dans la commune de Limete. Lisofata Ibonga, demeurant sur avenue de la république, quartier Funa, toujours dans la commune de Limete. David Badibanga Kambala, agent de sécurité Securico, domicilié sur avenue Muya, quartier Bibwa, commune de Nsele et son collègue Bilema Kiakwama, résidant sur avenue Kimwaka, quartier Maviokele, commune de Kimbanseke.
    De fil en aiguille, les enquêteurs de la police criminelle se sont intéressés à la destination des marchandises volées.  
Deux receleurs auprès de qui le butin a été écoulé, ont été interpellés. Paulin Musungay Kabamba et Mme Monique Sole Luvumbu. Mardi dernier, le dossier judiciaire de ce cambriolage de Comexas Afrique bien ficelé avec des pièces à conviction, a été
Transmis au Parquet de grande instance de Matete.

J.R.T.

LEAVE A REPLY

*