Les enfants de feu Bitokwela se disputent l’héritage

0
39

justice6S’étant autoproclamé liquidateur de la succession Bitokwela, suite à un procès-verbal établi à l’issue d’une réunion de famille tenue le 17 janvier 2011, MukendiBitokwela le fils aîné du feu BitokwelaKayemba Paul est poursuivi par voie de citation directe au tribunal de paix de la Gombe sous RP 22 914 par EricKazadiBitokwela, son jeune frère, pour faux et usage de faux, imputations dommageables et occupation illégale.

        Mécontent du premier jugement qui ne se basait que sur une seule infraction d’imputations dommageables, EricKazadi est allé en appel sous RPA 19296. A l’audience publique d’hier, mardi  14 octobre 2014, le tribunal de grande instance s’est plus penché sur l’histoire de ladite famille, source principale du conflit.

            Tout a tourné autour de la parcelle située sur l’avenue Titres Fonciers n° 4311 dans la commune de Barumbu, couverte sous le certificat d’enregistrement Vol al Folio 175 établi en 2002. Selon la partie appelante, M. BitokwelaKayemba a réellement commis le faux en s’autoproclamant liquidateur alors qu’il n’y a pas eu un jugement lui octroyant cette qualité. Du vivant de leur papa, leurs grands frères, enfants du 1er lit, furent des mauvais gestionnaires de ses biens. Car, ils auraient vendu toutes les parcelles et biens de leur défunt père, au total cinq parcelles à Mbuji-Mayi et ailleurs.

        Raison pour laquelle, il va prendre contact avec un conservateur qui  l’aidera à obtenir un certificat d’enregistrement dans lequel, Paul  déclara les jeunes enfants comme copropriétaires au même titre que les frères aînés.

            Toujours selon l’appelant, son père a posé cet acte à leur profit, puisqu’il a estimé que les frais de loyer que  génère cet immeuble devaient servir aux frais de scolarisation des plus jeunes d’entre eux.

              Pour sa part, l’intimé a fait savoir au tribunal que la reunion qui avait été à la base de ce procès-verbal n’était qu’une rencontre familiale organisée par lui-même pour résoudre beaucoup des problèmes dans la famille. Entretemps, la famille a connu deux décès.

          En tant qu’aîné, il avait décidé que les frais de loyer  générés par quatre appartements situés au 1er et 2ème niveau, devaient bénéficier aux 4 veuves, tandis que ceux générés par les appartements du rez-de-chaussée devaient supporter les frais de la scolarisation des plus jeunes. A cet effet, Il a révélé que ledit certificat avait déjà été attaqué en faux depuis 2006. Sous prétexte que, du vivant de son père, l’appelé aurait volé l’acte de vente qui avait pourtant été établi au nom de sa sœur « BetuBitokwe », enfant du 1 er lit.

        Après l’intervention de son grand frère, l’appelé a déclaré que c’est le défunt Paul Bitokwela  qui avait entamé ces démarches pour leur éviter toute surprise. Sur les 17 enfants qu’il a eus, 12 ont été déclarés copropriétaires et 5 héritiers. Il a balayé du revers de la main l’accusation du vol de l’acte de vente, parce que les noms de tous les enfants sont mentionnés dans le certificat d’enregistrement. Et les copropriétaires sont issus de 3 lits différents et non seulement les enfants de sa mère.  Toujours selon l’appelé le père avait, en outre, annexé aussi les noms enfants du 1er lit. Le tribunal a renvoyée la cause à la huitaine, le 21 octobre 2014.  On rappelle que décédé à plus de 70 ans le 06/01/2006, Paul BitokwelaKayemba, homme d’affaires de son état, avait reconnu 17 enfants issus de son union avec 4 femmes dont le cadet était encore mineur.

 Dorcas NSOMUE

LEAVE A REPLY

*