Les élèves des lycées techniques de Kingasani sensibilisées sur le paludisme

0
167

Le Programme national de lutte contre le paludisme « PNLP » a organisé une journée de sensibilisation sur la malaria le vendredi 5 décembre 2014 à  l’intention des élèves des lycées techniques de Kingasani 2, commune de Kimbanseke (deux écoles secondaires et une école primaire logées dans une même concession).  Hormis des responsables du PNLP, des structures à vocation sanitaire ou encore intéressées d’une manière ou d’une autre aux problèmes infantiles et similaires, entre autres, ASF, Unicef, USAID…ont dépêché leurs délégués à Tshangu.

La descente de tout ce beau monde à Kingasani  le week end passé entre dans le cadre du projet « Ecoliers contre malaria » et constitue en quelque sorte le prolongement des activités de la Journée Mondiale de Lutte contre le Paludisme «JMLP» commémorée le 25 avril de chaque année. L’un des objectifs de la JMLP est d’organiser une journée culturelle de sensibilisation des écoliers sur le danger du paludisme.
Le PNLP peut se réjouir de l’écho favorable manifesté par les élèves et les responsables d’écoles sur l’organisation des jeux, une manière de divertir tout en  faisant   passer le message sur la malaria.

En sa qualité de chargé de communication au PNLP, Michel Itabu a fait savoir aux élèves qu’autorités et experts en santé sont descendus à Kingasani pour leur demander de prendre un engagement sur la nécessité de dormir sous la moustiquaire imprégnée d’insecticides à longue durée d’action. Et aussi de courir vite vers un centre de santé si elles ont la fièvre et de faire comprendre à leurs génitrices qu’elles ont intérêt à aller se faire piquer dès qu’elles attendent famille pour se protéger mais aussi protéger le futur bébé.

« Vous êtes des éléments qui peuvent changer bien des choses », a conclu Itabu.
Bien après, le chargé de communication du PNLP Itabu et élèves ont entonné en chœur  le slogan suivant : «Vaincre le paludisme, c’est garantir l’avenir».

Véritables actrices en herbe, les lycéennes appelées à faire passer le message sur la malaria  ont régalé l’assistance avec des saynètes expliquant clairement comment et pourquoi on attrape le paludisme. Mais aussi comment l’éviter, l’importance qu’il y a à dormir sous la moustiquaire, les signes caractéristiques de cette maladie….. Conquises, d’autres élèves ont  vibré au cri de «Ya Jean» ( du nom du comédien qui a joué le rôle de l’époux dans un foyer où le couple était   réticent dans un premier temps à utiliser la moustiquaire ).

Les saynètes terminées, les élèves ont répondu aux questions qui se rapportent au paludisme. La quasi-totalité des filles se sont bien tirées d’affaire et au finish « gagnantes » et « perdantes » ont été gratifiées des moustiquaires. Eblouis, invités et autres personnes présentes dans la salle  où se tenait l’activité, ont tressé des lauriers aux encadreurs des lycéennes.
Il y a eu ensuite la distribution des moustiquaires aux autres élèves et des pendules aux responsables des écoles primaire et secondaires de Kingasani 2.
Jean- Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*