Les défis du nouveau vice-gouverneur Bondombe

0
177

Les tâches qui attendent Jules Bondombe Assango dans ses nouvelles fonctions de vice-gouverneur à l’Institut d’émission de la RDC, ont été esquissées hier, à la Banque centrale du Congo, par le gouverneur Jean-Claude Masangu, lors de la cérémonie de remise-reprise intervenue entre le vice-gouverneur entrant et le vice-gouverneur sortant Jean-Marie Emungu, nommé à la tête de la Société nationale de loterie.
Jean-Claude Masangu ne se fait pas de soucis pour ce changement de collaborateur dans les sphères dirigeantes de la BCC. Il s’est réjoui de relever que Jules Bondombe a tous les atouts et le profil de vice-gouverneur, qui lui ont valu la confiance du chef de l’Etat.

S’adressant à lui en cette circonstance, le gouverneur de la Banque centrale a noté que Jules Bondombe a une connaissance des instruments d’analyse du cadre macro-économique. Il est constamment au fait des fluctuations des taux de change et d’inflation, et dispose des capacités de gestion des instruments de politique monétaire, et ce, pour avoir longtemps œuvré à la direction des études. Il a également une connaissance des entités provinciales, ainsi que de toutes les structures de la BCC et du fonctionnement de la Haute direction.

Plaçant son mandat sous le signe de la continuité, Masangu Mulongo a noté que c’est d’abord quelqu’un de la maison, et qu’en 29 ans de carrière qu’il a accomplis à la Banque centrale dont la moitié avec lui, il est convaincu qu’il n’y aura pas de problème. D’ailleurs, ce n’est pas au vice-gouverneur Jules Bondombe que l’on pourrait apprendre le Comité de politique monétaire, le Système national de paiement, le Programme économique du gouvernement, le Plan stratégique du développement de la Banque, pour ne citer que ceux-là. Pour Jean-Claude Masangu, il n’y aura donc pas de courbe d’apprentissage.
Avec la fête de Pâques, il a invité le vice-gouverneur entrant à ressusciter avec Christ. Et pour ce faire, il devra donc se dépasser pour quitter le poste de directeur pour devenir le numéro deux de l’Institut d’émission.  

Un parcours à deux sans anicroche

Auparavant, le patron de la Banque centrale a rappelé le parcours à deux et sans anicroche qu’il a réalisé avec le vice-gouverneur sortant Jean-Marie Emungu. C’était des relations responsables et matures, a-t-il souligné avant d’évoquer quelques étapes importantes.
En effet, c’est en 2006 que Jean-Marie Emungu est arrivé à la Banque centrale du Congo et c’est après 5 ans qu’il en repart pour d’autres fonctions. De 2006 à 2011, il a noté qu’ils ont obtenu ensemble de bons résultats dans le cadre macro-économique. Entre autres chiffres, Jean-Claude Masangu a indiqué que le PIB s’est situé à 5,2 %, le taux d’inflation à 9,8 % et le taux de change  stable avec 1,5 %.

Ensemble, ils ont enregistré une part importante de l’effacement de la dette extérieure de la RDC. Le gouverneur de la BCC s’est également souvenu que le vice-gouverneur sortant l’a représenté dans beaucoup des missions à l’étranger où il était empêché. Il a cité entre autres, les réunions de l’Afraca où il assume les fonctions de la vice-présidence. Jean-Marie Emungu a également pris part aux dernières séances des banques centrales de la Comesa, ainsi qu’aux réunions des banques centrales africaines francophones et à la Banque africaine de développement.

Le vice-gouverneur, un cadre aux compétences éprouvées

Jules Bondombe Assango, licencié en sciences économiques de l’Unaza, option monnaie, est entré à la BCC en 1982. En 1993, il est cadre de direction et responsable adjoint chargé des analyses économiques à la direction des études. Ensuite, il est nommé conseiller du gouverneur Djamboleka, chargé des questions monétaires. De 1994 à 1995, membre de l’audit du gouverneur,  et en 1995 à 1997, il revient au cabinet du gouverneur en tant que conseiller.
Il a ensuite été tour à tour, membre de la cellule technique pour la réforme monétaire (CETEREM), auditeur senior à l’audit interne, président du Comité de gestion provisoire de la BCCE, directeur provincial au Sud Kivu. Et de 2009 à 2011, directeur des opérations bancaires et des marchés.

  J.R.T.

LEAVE A REPLY

*