Les défis de la RD Congo : pays émergent et puissance continentale

0
387

celestin vunabandiPour promouvoir l’identité et les missions confiées à son ministère par le gouvernement de la république, Célestin Vunabandi, ministre du Plan, Suivi de la mise en œuvre de la révolution de la modernité, a animé une conférence débat, le vendredi 23 août dans la salle de réunion de la Foire Internationale de Kinshasa. Cette conférence avait pour thème : «Les enjeux et défis actuels de la planification du développement en République Démocratique du Congo». C’était dans le cadre de la journée foraine du plan que cet échange a eu lieu.

Ils étaient nombreux venus écouter le patron de la planification et programmation de la République Démocratique du Congo. Trois temps fort ont marqué cette journée : l’exposé du ministre, l’échange avec l’auditoire et enfin une visite guidé du stand du ministère du Plan situé au pavillon 16. L’exposé du ministre a tourné autour questions suivantes: quelles sont les missions du ministère ? Où en sommes-nous dans le domaine de la planification ? Quelles sont les défis ?  Quant aux missions, le ministre a commencé par donner l’essentiel sur la création, les différentes transformations du commissariat en ministère proprement dit (de 1985 à nos jours). C’est sur base de l’article 204, alinéa 29 de la constitution du pays et  certaines ordonnances et lois promulguées par l’Etat congolais que le ministère du Plan a été chargé des question liées à la planification. A côté de la planification, il y a la programmation, le suivi et évaluation de tous les projets élaborés. 

Où en sommes-nous ?

La République Démocratique du Congo est sur le bon chemin. Cela se justifie par la ligne de conduite que le gouvernement congolais est en train de suivre à travers son  programme d’action prioritaire, le programme d’action de chaque provinces, le Dsrp 2, etc, a-t- martelé.  Cependant, le classement de la RDC sur les enquêtes mondiales sont dites au manque de données fiables et non actualisées par les instances du pays. Ayant à sa charge le processus ITIE (initiatives de transparence des industries extractives), il a souligné que la RDC n’a jamais été suspendue, c’était une mauvaise compréhension de la question et son équipe, travaillent d’arraches-pieds pour que la RDC se maintienne sur le chemin de la transparence. Ce ministère fonctionne sous plusieurs volets. A cet effet, ses cadres et agents sont chargés de faire l’étude du marché, piloter les projets, donner une appréciation du choix des investissements privés comme publics, la mise en œuvre des prévisions budgétaires nationales comme internationales, assumer la coordination  des programmes sectoriels et des actions des mobilisations des ressources extérieures ainsi que de participation du pays aux structures continentales, etc.

  Enjeux et défis

Malgré cette avancée significative de la République Démocratique du Congo dans plusieurs secteurs, le pays a encore un long chemin à parcourir. Cependant, le gouvernement s’est assigné deux objectifs :

  – faire du Congo un pays émergent à l’horizon 2030 ;

– et, faire du Congo une puissance continentale  d’ici 2060. Ces objectifs exigent que le pays dispose d’un plan stratégique national de développement très efficace. On devrait procéder au renforcement des ressources humaines, avoir des statistiques fiables répondant aux besoins nécessaires, faire du pays un grenier agricole, une puissance environnementale, etc. Pour répondre à toutes les questions liées au développement du pays, le gouvernement au travers ce ministère a procédé au lancement du processus du recensement général de l’habitat et de la population afin de pouvoir identifier chaque Congolais dans son domaine.

Il faudrait noter que le ministère a à sa charge, les institutions suivantes : l’INS, l’ANAPI, l’ITIE, l’UCOP, etc.

Dorcas NSOMUE

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*