Les Congolaises interpellent le ministre du Genre

0
58
La Journée Internationales des Veuves 2012  a été célébrée le samedi 23juin sous le thème : RDC,  écoute  les cris de la veuve qui revendique ses droits. «Aide  là à se prendre en charge». 
A cette occasion  le Fonafem (Fond national de promotion pour la femme et la protection de l’enfant) en tant que  branche du ministère du Genre famille et Enfants a eu à commémorer cela au cour d’une manifestation organisée dans l’enceinte de la paroisse St Philippe  au  quartier camp Luka. 
En effet, plusieurs personnalités l’ont rehaussée de leur présence, notamment  la ministre du Genre,  Famille et Enfants, Geneviève  Inagosi, le président de l’OPURR  Wecthi  Thambwe , la DG du Fonafem  Odette  Biela  Kanyaga, le bourgmestre adjoint de Ngaliema ,…
En ouverture le père JM Mwenze a remercié le très haut pour cette journée mais  aussi  imploré la grâce du Seigneur pour que la paix revienne dans nos familles et dans toute la RDC. 
Le président de l’OPURR,  Wecthi  Thambwe,  dans son mot de circonstance, a indiqué qu’il s’agit d’ une deuxième célébration puisque la première a eu lieu en 2010. Il a exprimé sa reconnaissance aux Nations Unies et estimé que la JIV est  l’une des  occasions pour rappeler à la femme  ses grands moments de tristesse.  Pour lui, la condition de la veuve mérite un regard favorable car aucune  couche sociale n’est  épargnée.
 
Bien plus, il a fait remarquer que l’OPURR est l’une des organisations de la Société civile qui a pour mission d’appuyer, de défendre ,et  d’accompagner  les veuves  à travers le Fonafem  et veut  que celle-ci soit mieux  protégés. Il pense que certaines veuves d’entre elles sont héritières  du fruit de leurs maris. Mais la catégorie la plus défavorisée représente au moins 80%. C’est une interpellation qui est  lancée  au  gouvernement  pour son soutien  efficace à cette structure d’appui-socio-économique  qu’est le Fonafem. Odette Biela, DG du Fonafem  a retracé l’historique de sa création  en 2009 par le gouvernement central,  conscient  mais aussi  préoccupé par la discrimination de la veuve.  Le Fonafem a mis en place un projet dénommé  «Paper»  qui concerne  jusque-là  5000 veuves dont 300 ont déjà suivi une formation en micro–crédits et qui va s’étendre au fur et à mesure. D’après   elle, le respect de la veuve est une recommandation biblique. Elle conclut par cette citation du SG des Nations Uunies Banki-Moon : la mort peut être évitée si seulement nous nous investissons  dans l’amélioration de la condition de la femme veuve. Aline Okongo  Disashi représentante de veuves  a remis à la ministre un mémorandum  sur la situation des veuves en RDC, adressé au gouvernement.
 
Ce mémo comprend :
1) la situation socio-économique des veuves telle que les violences, la désocialisation  et la scolarisation de leurs enfants, l’aggravation de certaines pratiques  et coutumes telles que le lévirat, la non-protection sociale de veuves et la réactualisation du Code de Famille par rapport  aux veuves, etc.
2) l’articulation du projet Paper, la question des lois successorales, et spoliation de l’héritage  puisque les décomptes  remis ne sont que des sommes de honte qui n’apportent  rien à la veuve.
La ministre du Genre Famille et Enfants Geneviève Inagosi a promis de protéger leurs droits  bafoués par l’amélioration de leurs conditions.
Elle s’est revu à travers ce mémo car la revisitassions du Code de la Famille est l’une de ses priorités  en processus déjà amorcée.  Elle a  encouragée  toute les femmes à l’enregistrement de leur union  au sein du service de l’état civil pour mieux être protégée. Elle  affirme que désormais cette date sera plus une journée de réflexion et d’évaluation.
 
MELBA-MUZOLA

LEAVE A REPLY

*