Les congolais appréhendent les conséquences de l’immigration irrégulière

0
31

Réalisé sur financement de l’Ambassade de la Grande Bretagne en RDC, le film « Tosa mibeko » tombe à pic. Il contribue sensiblement à faire baisser la pression hautant bon nombre de jeunes congolais à chercher le paradis en Occident. Il recommande à tous d’observer les réglementations strictes de l’immigration légale. Sans quoi, les conséquences fâcheuses poursuivent chaque récidiviste sur ses traces. Il s’agit, notamment, du refoulement ou de l’expulsion sans aucun ménagement dès la porte d’entrée de toutes les frontières ; de l’absence de liberté de mouvement dans l’espace par manque des documents légaux…

 

C’était lors d’une campagne de sensibilisation avec projection dudit film à la kermesse de Bandalungwa. Séance organisée par la plate forme culturelle Waato Balabala dirigée par Ados Ndombasi en collaboration avec l’OIM représentée par David Lelu et l’asbl Craies représentée par Bertin Mulanga. L’on compte parmi les acteurs, des talentueux comédiens tels que Scariette Matata, Jovial Mbenga et Noël Kitenge sous la musique de Marshall Dixon.

            Les observations du film ont rencontré les préoccupations d’une population obnubilée par l’envie de gagner le soit disant paradis. « Je ne peux plus envier ce monde là ! Avec 5.000 dollars en poche, je préfère monter une affaire à Kinshasa que d’aller me retrouver dans les nuits froides de Londres ! » se sont-ils exclamés après le visionnage de la DVD sur écran géant. Certains sont allés jusqu’à pointer l’Etat congolais comme responsable de ces rêveries de la jeunesse. « Vous n’avez qu’à améliorer les conditions sociales avec un salaire décent pour que cesse le rêve d’un paradis ailleurs ! »

            Environ 8.000 DVD et CD de ce film sont distribués gratuitement auprès des populations de 4 districts kinois : Lukunga, Mont-Ngafula, Funa et Tshangu.

 

E.K.

LEAVE A REPLY

*