Les autorités coutumières prêtes à accompagner la CENI

0
42

chef coutumier et ceniLes  autorités traditionnelles et coutumières de la République Démocratique du Congo sont décidées à accompagner l’équipe dirigeante de  la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) afin de lui permettre d’organiser des élections  transparentes et apaisées. A cet effet,  la signature du protocole d’accord entre la CENI et l’Association Nationale des Autorités Traditionnelles du Congo (ANATC) a eu lieu hier mercredi 5 août 2015, au siège de la CENI.

Le présent protocole a pour objectif de favoriser la vulgarisation des messages de la CENI en direction des masses populaires, surtout celles du Congo profond.

D’entrée de jeu, Jean-Pierre Kalamba, Rapporteur de cette institution, a fait savoir à l’assistance que ce protocole d’accord fait partie du cadre du dialogue permanant entre la Ceni et les autorités traditionnelles.  A son tour, sa majesté Mwami Godefroid Munongo Mwenda-Bantu, président de l’ANATC, a martelé que son organisation s’engage à vulgariser le plan d’action de la Ceni, à renforcer l’éducation civique des populations à la base et surtout à s’impliquer dans la réussite du processus électoral au niveau des chefferies, groupements et villages.

          De son côté, Benjamin Bangala Basila, membre de la Plénière de la Ceni, a indiqué que ce partenariat a été conclu dans le souci de faire la promotion de la démocratie dans l’ensemble du territoire national. A cet effet, la Ceni s’emploie, par divers moyens, à inculquer la culture électorale à l’ensemble des populations congolaises, parmi lesquels l’implication des «chefs coutumiers ». Il a indiqué que les chefs coutumiers avaient pour mission de sensibiliser, de vulgariser les textes légaux, de promouvoir l’éducation civique et électorale.

Il sied  de noter que les engagements pris par l’ANATC définis clairement la manière que chaque partenaire devra apporter réellement son appui à l’éducation électorale de la population à la base, afin de concourir à la transparence et à la crédibilité du processus électoral en RDC.

« Tenant compte de la nécessité pour la CENI d’assurer la couverture en sensibilisation et éduction électorale sur l’ensemble du territoire national, ce Protocole d’Accord peut être considéré comme l’une des meilleures pistes pour la canalisation de toute information liée au processus électoral auprès de la population », a déclaré Bejamin Bangala.

 « Pourquoi un protocole d’accord entre la CENI et le pouvoir coutumier de notre pays ?»

André Mpungwe Songo, le vice-président de la CENI, s’est posé la question de savoir : « Pourquoi un protocole d’accord entre la CENI et le pouvoir coutumier de notre pays ?». A cet effet, il a répondu en se référant à l’éthique de la décentralisation, qui serait dans le contexte actuel, de promouvoir un développement participatif et harmonieux à la base en vue de lutter efficacement contre la pauvreté.

Le vice-président de la Ceni a exhorté les autorités traditionnelles d’associer à leurs activités la sensibilisation de la population à la base, avec un accent particulier sur l’utilisation des langues vernaculaires dans les différents chefferies, secteurs, groupements, agglomérations ; la promotion des mécanismes  de la palabre africaine ; la promotion de la femme au processus électoral ; etc.

          Ainsi le souhait ardent de la CENI est de voir les autorités coutumières  veiller à la paix sociale ; à la cohésion nationale, etc.

                                                                                          Dorcas NSOMUE