L’épée de Damoclès sur les distilleries de Limete

0
32

Plusieurs distilleries, fabriques de whisky, installées particulièrement dans la commune de Limete, ont été inspectées le 28 juillet  par le ministre de l’Industrie, Anicet Kuzunda Mutangiji. Au cœur de cette ronde, a expliqué le patron de l’industrie nationale, s’assurer des réalités de fonctionnement et des conditions de travail dans ces usines ; sensibiliser les opérateurs économiques de ce secteur sur l’arrêté interministériel relatif à la production, l’importation, la certification et commercialisation d’alcools, eau-de-vie et liqueurs ; et rassurer les investisseurs sur le soutien du ministère dans l’assainissement du climat des affaires en RDC et la réduction des tracasseries. 

            Ainsi, les critères de conditionnements dans des distilleries telles que Salisa Sprl, Afro-américain industries, Première distillerie, African Foods etc. ont été passés au crible par le ministre de l’Industrie, accompagné de ses collaborateurs dont le directeur de cabinet adjoint et le directeur chargé des Normes. En attendant les conclusions de la délégation de l’Industrie, le ministre lui-même a tenu d’ores et déjà à sensibiliser les opérateurs économiques du secteur sur le contenu de l’arrêté interministériel n°03 signé concomitamment par les ministères de l’Industrie, de l’Economie nationale et du Commerce, Petites et Moyennes Entreprises. Celui-ci stipule, entre autres, que « les alcools, eau-de-vie et liqueurs doivent être obligatoirement conditionnés dans des emballages conformes à l’usage alimentaire en bouteilles de verre et/ou en bouteilles de polyéthylènes téréphtalate (PET) ». Et surtout, il oblige au respect strict de l’interdiction de la production, importation et commercialisation des alcools, titrant plus de 45 degrés d’alcools éthyliques, sur l’étendue du territoire national.

            Rappelant à ces producteurs que cet arrêté a été transmis au ministère de l’Intérieur pour sa diffusion dans les provinces, Anicet Kuzunda a souligné qu’ils ont l’obligation de respecter les prescrits de cet arrêté pour lequel  il a été également institué un Comité de suivi de réglementation relative à la production, l’importation, la certification et la commercialisation d’alcools, eau-de-vie et liqueurs.

            Toutefois, le ministre a assuré les opérateurs économiques du secteur que le gouvernement fournit beaucoup d’effort pour vulgariser le concept du climat des affaires pour que les opérateurs économiques puissent être à l’abri de diverses tracasseries. « Ma mission n’est pas de tuer l’industrie mais plutôt de pousser à travailler selon les normes… », a-t-il clamé.

            Pour leur part, ces industriels  ont salué la disponibilité du ministre qui n’a pas été sourd à leur cri de détresse. Néanmoins, ils ont déploré la virulente campagne de dénigrement orchestré contre leurs produits qualifiés populairement de « Supu na tolo ». Travaillant dans des conditions précaires alors que les industries tournent au ralenti à cause de la baisse des commandes, ils se sont tout de même engagés à respecter la réglementation en vigueur. 

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*