L’église et l’Etat en partenariat au profit des Congolais

0
46

Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement Adolphe Muzito était hier jeudi 24 février 2011 dans la matinée l’hôte du Comité permanent de la Cenco au siège de la Caritas Congo, à Kinshasa, en vue d’échanger sur des questions de gouvernance. Il a plaidé en faveur de la constitution d’une commission permanente comprenant les représentants de l’Eglise et du gouvernement pour la mise en place d’un partenariat qui prendrait en compte les préoccupations des deux parties.

 

    La rencontre entre le Premier Ministre (Gouvernement) et l’Eglise est une démarche qui s’inscrit dans le cadre de la collaboration à renforcer entre le Gouvernement de la RD Congo et l’Eglise Catholique au service du bien-être de la population congolaise, a dit le Président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), Mgr Nicolas Djomo, Evêque de Tshumbe.

 

Le Premier Ministre était accompagné des ministres des Finances Augustin Matata Mponyon, de l’Enseignement supérieur et Universitaire Léonard Mashako Mamba, de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel Maker Mwangu, de la Santé Victor Makweng Kaput. Du côté de la Cenco, il convient de signaler la présence des archevêques et évêques présidents des commissions épiscopales spécialisées de l’Eglise Catholique, à savoir le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, archevêque de Kinshasa, Mgr Joseph Kumuondola, archevêque de Mbandaka-Bikoro, Mgr Jean-Pierre Tafunga Mbayo, archevêque de Lubumbashi, Mgr Marcel Utembi, archevêque de Kisangani, Mgr François-Xavier Maroy Rusengo, archevêque de Bukavu, Mgr Marcel Madila, archevêque de Kananga.

    Parmi les préoccupations soulevées par les évêques, on peut signaler les retombées du Point d’achèvement de l’Initiative Pays pauvres très endettés dans le budget de l’Etat, la mise sur pied d’un mécanisme transparent de gestion et du suivi des dépenses à réaliser dans le domaine de la lutte contre la pauvreté. Dans ce sens, la Cenco souhaite voir la création par décret présidentiel d’un comité national chargé du suivi des dépenses dans la lutte contre la pauvreté en vue d’identifier les projets à réaliser et s’assurer de leur réalisation et leur évaluation. La Cenco juge pertinent de procéder à un audit de la dette extérieure de la RD Congo. Les préoccupations de la Cenco concernent aussi la gestion des ressources naturelles, la lutte contre la corruption, un appui conséquent aux secteurs de la santé, de l’éducation, l’assistance humanitaire, le développement et la bonne gouvernance, l’accroissement de la part allouée à l’enseignement dans le budget national, une bonne collaboration dans le respect de la convention Eglise-Etat dans le secteur de l’éducation.

    En réponse à ces préoccupations, le Chef du Gouvernement a assuré les évêques de la disponibilité du gouvernement à traduire par les faits la volonté politique exprimée par le Président de la République lors de son discours sur l’Etat de la Nation le 9 décembre 2010 devant le Congrès de travailler avec l’Eglise pour relever les défis du social à travers un partenariat dans les secteurs de la santé, de l’éducation, de l’action humanitaire, de l’économie avec des microcrédits, l’agriculture, des avantages fiscaux aux actions de l’Eglise menée dans le cadre de la création des emplois, et la mobilisation des ressources extérieures au profit des œuvres sociales.

LEAVE A REPLY

*