L’ECC interpelle le Chef de l’Etat et la classe politique

0
180

Le Comité Exécutif National Restreint (CENR) de l’Eglise du Christ au Congo (ECC) s’est exprimé hier dimanche 14 mai 2017 sur la situation sociopolitique actuelle du pays entachée de plusieurs maux. C’était au cours du culte d’action de grâce célébré à la Cathédrale du
Centenaire.  Plusieurs points ont été épinglés dans cette déclaration lue par Mgr Dieudonné Mbaya, Président provincial ecclésiastique du Kasai Oriental. La guerre de leadership observée dans différents regroupements politiques du pays, la recrudescence de l’insécurité, la pauvreté dans laquelle vit la population et la dépréciation du franc congolais face aux dollars américains, etc. Il sied de noter que cette déclaration fait suite à la session extraordinaire qu’ont tenue  les membres du Comité Exécutif national de l’ECC du 11 au 14 mai 2017, en vue d’examiner ladite problématique.

Dans cette adresse, l’ECC se dit préoccupée face aux querelles continuelles des acteurs politiques, traduites par des contradictions et des divisions internes au niveau des regroupements politiques aussi bien de la majorité que de l’opposition. Elle dit craindre que ces divergences aboutissent au  non-respect de la constitution et toutes les conséquences qui s’en suivent.

Recommandations
Consciente de la mission lui confiée par Dieu devant la Nation et son
histoire, l’ECC recommande :
1. Au chef de l’Etat : de veiller au respect de la constitution tout
en tenant compte de tous les accords déjà signés, notamment celui du
31 décembre 2016 pour l’organisation des élections ; de faire
respecter l’indépendance du pouvoir judiciaire, de garantir la
sécurité et l’unité du pays en veillant à ce que l’armée soit au
service de la population ; et de prêter oreille aux différentes
revendications des uns et des autres afin de trouver une solution aux
conflits opposant les parties prenantes aux élections.
2. Au Gouvernement : D’accompagner la Ceni dans l’organisation des
élections dans le meilleur délai en mettant davantage des moyens à sa
disposition, éradiquer le phénomène des groupes armés en RDC,
améliorer le social des agents de l’Etat en particulier et de toute la
population en augmentant leur revenu mensuel, assainir le climat des
affaires en appliquant une fiscalité favorable pour les congolais,
juguler la crise liée à la dépréciation monétaire, réhabiliter et
construire des nouvelles routes , et créer des emplois pour réduire le
taux de chômage.
3. Au parlement : de voter le plus vite possible la loi organisant le
fonctionnement et attributions du CNSA et du processus électoral ;
mettre à la disposition de la Ceni toutes les lois nécessaires lui
permettant de jouer son rôle, etc.
4. Aux acteurs politiques et partis politiques : De privilégier
l’intérêt supérieur de la nation par-dessus les intérêts individuels,
bien expliquer à leur militants le contenu global de l’accord de la
saint sylvestre, notamment son chapitre 5 qui stipule : « les parties
prenantes conviennent de l’organisation des élections en une seule
séquence… Toutefois, le CNSA, le gouvernement et la Ceni peuvent
unanimement apprécier le temps nécessaire pour le parachèvement
desdites élections ».
5. Aux chefs des confessions religieuses : Etre neutre, s’abstenir de
prendre position pour l’un ou l’autre parti ou regroupement politique
et demeurer « l’Eglise au milieu du village » pour bien jouer leur
rôle prophétique, etc.
6. Au peuple congolais : De se préparer aux élections, ne pas céder à
la manipulation de qui que ce soit, utiliser des moyens non violents
pour toute revendications, etc.
Perside Diawaku