Le vrai message de la DTP : Le bal des chauves

0
103

Très peu des gens ont fait un effort pour bien lire la véritable face de la campagne que mène la Dynamique TSHISEKEDI Président. Au-delà de la prime accordée à la constance politique et à la détermination de construire un Etat de droit au coeur de l’Afrique, il y a lieu de revisiter notre propre histoire politique de ces trente dernières années  pour comprendre le bien-fondé de cette croisade menée par cinq présidents des partis se réclamant de l’opposition non parlementaire. En déclarant tout haut que pour leur plate-forme, le système de la 3ème Voie appartient au passé, Martin FAYULU de l’ECIDE, le Professeur Auguste MAMPUYA du RADER, Stève MBIKAYI du PTA, Frank DIONGO du MLPC et BAKANA de l’ANELCO ont envoyé un message clair à la classe politique. Désormais, il faudra opérer un choix entre ceux qu gèrent la République depuiis 2006 et une alternance crédible, symbolisée par un homme incorruptible. 

Le déballage de TSHIMBOMBO Mukuna 

Un petit coup d’œil dans un passé récent édifierait ceux qui ne font aucun effort pour lire entre les lignes les évènements. A l’époque de la Conférence Nationale Souveraine, le peuple avait vécu une scène mémorable avec la sortie de l’un des hommes forts de l’entourage de feu le maréchal Mobutu, en l’occurrence Jacques TSHIMBOMBO Mukuna. Sans crier gare, cet homme affable et au sourire éternel est monté à la tribune muni d’une mallette pour prendre la parole sous forme d’exercice d’un droit de réponse ou de réplique à une quelconque attaque contre sa famille politique. Celui que l’on appelait l’aumônier du maréchal se lança dans une attaque en règle contre tous els acteurs politiques se réclamant de l’opposition qui, le jour, passaient sur les antennes des médias locaux tant écrits qu’audiovisuels pour vilipender le chef de la famille du MPR. Une fois la nuit tombée, avait-il ajouté en pointant le contenu de  sa mallette, ces gens-là prenaient l’avion vers Bangui déguisés en prêtres ou pasteurs pour rejoindre Gbadolité pour se faire payer. La mallette ici contient des reçus et des décharges de ceux qui se bombent le torse le jour mais qui la nuit venue deviennent doux comme des agneaux, avait crié haut et fort Jacques TSHIMBOMBO Mukuna, sous les applaudissements nourris des partisans du maréchal assis dans la salle des congrès du Palais du Peuple. D’autres passaient la nuit dans ma résidence de Binza ou à mon bureau privé de la Gombe pour venir chercher la prime en disant que leurs déclarations du jour visaient tout simplement à se faire adopter dans la famille dite de l’Union sacrée en vue de l’infiltrer pour mieux  opérer sans s’attirer la méfiance des ténors de cette famille. Jacques TSHIMBOMBO Mukuna avait promis de procéder à un déballage en règle en livrant aux médias les photocopies des reçus ou décharges signés par des ténors et autres grandes gueules, mais qui en fait ne sont que des taupes au service du maréchal. Un silence gênant traversa  la salle des congrès et l’on pouvait entendre le passage d’une mouche.  Cette sortie de l’aumônier national   comme on aimait bien l’appeler à l’époque produisit des effets salutaires au sein de l’Union sacrée  de l’opposition radicale, où les taupes se mirent progressivement à quitter le navire ; Mungul Diaka Bernardin, Nguz «J’y suis, j’y reste», Birindwa Faustin, etc. Ce fut le début du bal des chauves, une expression empruntée à Etienne Tshisekedi pour parler des hermaphrodites politiques, tigres le jour et moutons la nuit. Le bal des chauves a ceci d’intéressants  qu’il arrive un moment où les cheveux finissent par pousser, livrant les faux chauves à la curiosité générale,  la vindicte populaire, et clarifiant par la même occasion le débat sur la scène politique. Après 4 ans passés à jouer au chant et à la souris, l’heure a donc sonné  pur que chacun rejoigne son camp naturel. C’est ce combat que la DTP entend mener jusqu’au bout pour que triomphe la vérité et que le peuple se prononce sur base des discours qui réflètent réellement des engagements politiques des uns et des autres. La troisième ou la quatrième voie n’ont pas  de place dans un débat bipolaire. Voilà qui est dit.

F.M.

LEAVE A REPLY

*