Le village d’origine de Tshisekedi pillé

0
228
Les localités du territoire de Kabeya Kamwanga ont été l’objet d’incursions des éléments des FARDC à la recherche du colonel John TSHIBANGU et ses partisans. Selon des activistes de la société civile de ce coin relayés par un communiqué de l’UDPS signé par Augustin KABUYA, secrétaire adjoint du Département de la Communication, ces éléments des FARDC ont commencé par procéder à l’arrestation des jeunes-gens dont l’âge varie entre 18 et 20 ans, soupçonnés d’être des indicateurs du colonel John TSHIBANGU. 
Toujours selon ce communiqué et des sources proches de la société civile et des églises locales, c’est dans la nuit de mercredi au jeudi que des hommes lourdement armés et en tenue ont investi des villages de ce territoire et plus particulièrement la localité de Mupompa, qui est le village d’origine du leader de l’UDPS. On signale à et effet des exactions graves sur les populations locales.Des viols des femmes et filles, des destructions méchantes auraient été commis. Ces mêmes éléments auraient arraché aux  villageois leurs chèvres, poules et canards. La maison en matériaux durables d’Etienne TSHISEKEDI aurait été pillée de fond en comble et les membres de la famille du leader de l’UDPS et le personnel domestique  brutalisés. Certains d’entre eux seraient dans un état critique.
 
Les mêmes sources indiquent que ces incursions font suite aux bruits selon lesquels le colonel John TSHIBANGU et ses hommes se cacheraient dans la brousse environnante de Kabeya Kamwanga. On pense que ce sont les habitants de cette contrée qui leur fournissent des vivres, de l’eau potable et des habits. On rappelle que c’est le gouvernement central qui a instruit le gouverneur de la Province du Kasaï Oriental et le haut commandement de la Région militaire ainsi que celui de la Police nationale, de procéder au ratissage des localités de cette province, pour mettre la main sur le colonel fugitif et ses hommes. Dans un premier temps, M. Alphonse NGOYI Kasandji, gouverneur de la province, avait effectué une tournée à travers les territoires de Kabeya Kamwanga et de Miabi pour sensibiliser et mobiliser les populations autochtones à dénoncer le colonel fugitif et ses hommes ainsi que tout celui qui serait soupçonné d’être de mèche avec ces « inciviques ». C’est ainsi que des hommes des troupes ont été lancés aux trousses de ce colonel et ses hommes. 
En attendant d’en savoir plus sur ce qui s’est réellement passé avant-hier à Kabeya Kamwanga, le vœux des Congolais est que s’il y a eu des débordements de la part des hommes des troupes, des sanctions sévères soient prises contre les auteurs de ces exactions. Ce n’est pas au moment où le pays est victime d’une agression perpétrée par deux Etats voisins de l’Est que les éléments de l’armée régulière peuvent s’adonner à des actes de violence sur des civils congolais.      
 
       F.M.  

LEAVE A REPLY

*