Le vice-gouverneur de Kinshasa destitué

0
137

L’Assemblée provinciale de Kinshasa s’est prononcée hier lundi 02 février 2010 en faveur de la destitution du vice-gouverneur de la ville, Clément Bafiba. C’était à l’issue du vote d’une motion de méfiance articulée contre l’intéressé dans une sorte de procédure de flagrance. A l’issue du scrutin organisé en plénière dans la salle des conférences du Collège Boboto à cette fin, 34 députés provinciaux ont voté pour la destitution et 10 contre. On a enregistré une abstention.

Selon des sources contactées par Le Phare, Clément Bafiba a payé cher sa gestion maladroite du dossier de l’avenue Kulumba, dans la commune de Limete. A en croire le Parlement provincial, l’intéressé aurait détourné une partie des fonds destinés à la réhabilitation de cette principale voie d’accès au quartier Kingabwa. Invité à se justifier devant la plénière, indique-t-on, il a préféré répondre par écrit.

   
 La réponse écrite de Bafiba, souligne-t-on, a été accueillie par l’Assemblée provinciale de Kinshasa comme un outrage, un refus du débat démocratique, et une violation de l’article 182 de son Règlement intérieur. D’où la décision de le sanctionner par une motion de défiance votée par une écrasante majorité. Le poste de vice-gouverneur est donc vacant au niveau du gouvernement provincial de Kinshasa.
Conformément aux textes, la décision relative à la destitution de Clément Bafiba va être communiquée incessamment à la Commission Electorale Indépendante. En principe, de nouvelles élections devraient être organisées dans un délai de 15 jours, en vue de pourvoir à sa succession.
 On rappelle que Clément Bafiba avait été élu en janvier 2007 au poste de vice-gouverneur de Kinshasa  dans un ticket dont la tête d’affiche était André Kimbuta. Pendant trois ans et demi, souligne-t-on, il a eu à cohabiter sans nuage avec le numéro un de Kinshasa, dont il assumait régulièrement l’intérim pour cause de mission officielle ou de soins médicaux à l’étranger.
 Certaines voix ont sévèrement critiqué la procédure ayant conduit à la chute de Bafiba, estimant que ce dernier a été sanctionné sans que sa culpabilité ait été formellement établie dans le présumé détournement des fonds destinés à l’aménagement de l’avenue Kulumba, à Kingabwa/Limete.

Kimp.

LEAVE A REPLY

*