Le système d’aires protégées de la RDC sous examen

0
92

Le système d’aires protégées de la Rd Congo est sous examen depuis hier lundi 26 avril 2010 au cercle Elaeïs. Un atelier d’évaluation organisé par l’Institut congolais de conservation de la nature (ICCN), en collaboration avec   l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a démarré avec comme participants, les responsables des aires protégées évaluées, et leurs principaux partenaires.

Dans son mot d’ouverture, en présence de Sacha Dermaquez, coordinatrice de l’UICN qui assurait la modération de la séance, le directeur général de l’ICCN, Cosma Wilungula, a remercié les responsables des aires protégées pour avoir répondu positivement à leur invitation pour participer à la gestion des sites de l’ICCN.

Le directeur général de l’ICCN a déclaré que cet atelier était une occasion que son institution n’a pas eu à organiser souvent, car l’évaluation impliquait beaucoup d’aspects comme l’aspect relationnel.

Il a poursuivi en indiquant que « c’était une occasion propice car elle permet de s’arrêter pour évaluer ce que l’on a fait et ce que l’on peut projeter de faire.

Il a cependant mis en garde les participants contre des résultats biaisés compte tenu du plan statutaire de l’ICCN qui a été classé comme entreprise publique relevant du budget annexe de l’Etat et qui vient de prendre un autre statut à la faveur de la réforme des entreprises publiques. Il les a enfin invités à produire des documents viables scientifiquement pour les aires protégées, surtout en matière des statistiques pour permettre au politique de peaufiner son discours. « Les résultats nous permettront de consolider ou de changer le  statut  de telle ou telle aire protégée et donneront les possibilités d’orientation à prendre », a-t-il dit.

En ce qui concerne les objectifs de cet atelier, les termes de référence de la rencontre indiquent que la présente évaluation se propose de renforcer les efforts de l’ICCN en mettant à sa disposition les outils et méthodes indispensables pour assurer la mesure de l’efficacité des modes de gestion actuels et leur suivi dans le temps.

L’évaluation fournira une analyse de situation globale, dressant un état actualisé de l’état des aires protégées, en particulier des acquis, des contraintes et des enjeux de leur gestion dans le pays. En outre, elle mettra en perspective les différentes aires protégées et identifiera les priorités pour chacune d’elles, en soulignant les forces et faiblesses de leurs modes de gestion. Un système de suivi régulier pourrait être mis en place avec l’appui du Programme régional de l’UICN sur les aires protégées (PAPACO).

Une équipe de 3 ou 4 évaluateurs de la Commission mondiale des aires protégées pour l’Afrique de l’Ouest et du centre encadrera les travaux et synthétisera les résultats. La méthodologie employée pour l’évaluation du système des aires protégées sera conforme à celle proposée par la Commission mondiale des aires protégées pour l’Afrique de l’Ouest et du centre et repose, dans l’ensemble, sur une démarche participative et sur la nécessaire collaboration des équipes en charge des aires protégées choisies. Ces aires sont les suivantes : les parcs nationaux de Virunga, Kahuzi Biega, Garamba, Salonga, Upemba et de Maïko, la réserve d’Okapi, le parc de Mangroves, la réserve naturelle de Tayna, la réserve de faune de Lomako- Yokalala, les parcs de Kundelungu, Mangaï, Tumba, Bushimaie, Bambo Lumene et N’tsele. 

Jean- René Bompolonga

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*